Recherche

Calendrier des stages et AG

<< Févr. 2020 >>
LMMJVSD
12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui4233
mod_vvisit_counterHier8121
mod_vvisit_counterCette semaine31601
mod_vvisit_counterLa semaine dernière64815
mod_vvisit_counterCe mois-ci197405
mod_vvisit_counterLe mois dernier202814
mod_vvisit_counterCumul8579705

 , 


Signer les pétitions.

Elles permettent de monter votre engagement dans la lutte pour le maintien du service public, d'exiger des conditions de travail décentes, de défendre les statuts de tous les personnels, de demander une véritable formation des enseignants, de revaloriser leurs salaires, d'augmenter les recrutements aux concours et de titulariser tous les précaires sans condition.





Non! A la privatisation d'ADP!

Référendum ! Signons!

 

Référendum d'initiative partagée sur la privatisation d'Aéroport de Paris

 

Vous pouvez vous opposer à la privatisation des aérodrômes de Paris.

 

Munissez-vous de votre carte d'identité et cliquez sur le lien : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1

 

 

 

 

 


Télécharger le cerfa ici

 

Télécharger la proposition de loi présentée à l'Assemblée nationale le 10 avril 2019 en application de l'article 11 de la constitution


Réseau Canopé en danger

Qui sommes-nous ?

Réseau Canopé (ex-CNDP) est un opérateur public sous tutelle du ministère de l’Éducation nationale. Il exerce une mission d’édition, de production, de développement et de mise à disposition de ressources et de services éducatifs à destination des enseignants, des communautés éducatives et universitaires, des écoles et des établissements d’enseignement scolaire.


L’établissement emploie près de 1 400 salariées, fonctionnaires ou contractuel•le•s, travaillant sur plus de 100 sites répartis en métropole comme en outre-mer, avec son siège à Chasseneuil-du-Poitou.


Que nous arrive-t-il ?

Aujourd’hui, Réseau Canopé est menacé de démantèlement pour des raisons strictement budgétaires.

En septembre 2019, les personnels de Réseau Canopé apprenaient de façon détournée que leur établissement était appelé à modifier en profondeur son orientation, voire son organisation, au prétexte de servir exclusivement la formation continue (voire initiale !) en ligne des enseignants.

[...]


En savoir plus et signer la pétition


Suicide de notre collègue Christine Renon, directrice à Pantin : plus jamais ça !


Pétition intersyndicale CGT, SGEN-CFDT, SE-UNSA, SNUIPP-FSU, SUD éducation

 

Le lien vers la pétition : https://plus-jamais-ca.fr

 

Le geste désespéré de Christine le samedi 21 septembre, directrice de l’école Méhul à Pantin, bouleverse toute notre profession.

Par un courrier adressé à quelques personnes, notre collègue décrit le difficile exercice de son métier d’enseignante et de sa fonction de directrice. Elle y explique l’impossibilité de faire face, au quotidien, à l’ensemble de ses responsabilités malgré son profond attachement à sa mission, ses élèves et leurs familles comme à ses collègues. Sa lettre explique comment cette impossibilité de faire face a conduit à son épuisement puis à l’irréparable pour mettre un terme à sa souffrance devenue insupportable.

 

Avec les organisations syndicales SNUipp-FSU, SE-Unsa, Sgen-CFDT, CGT-Educ’action, Sud-Education, en signant cette pétition, j’exprime ma plus vive émotion et mon soutien aux proches de Christine ainsi qu’à ses collègues, aux élèves et aux familles de son école, et exige qu’un chantier portant sur les conditions d’exercices de nos métiers à l’Education Nationale soit ouvert en urgence afin d’obtenir des mesures concrètes d’amélioration de nos conditions de travail.

 

Cette signature s’ajoute à l’expression de mon émotion et de mon soutien jeudi 3 octobre, jour des obsèques de Christine Renon, par une marque personnelle ou collective de deuil, un moment de recueillement dans mon école avec l’ensemble de mes collègues, les autres personnels de l’école, les parents d’élèves, les élu.es …ou dans le cadre des initiatives prises dans les départements (rassemblements, interpellations, grève...).

 

Par cette signature je réclame une toute autre qualité de vie au travail et je refuse que le travail engendre des situations de souffrance au quotidien, notamment par des demandes, des prescriptions et autres injonctions, le plus souvent dans l’urgence qui font perdre le sens de nos métiers. Un tel drame ne doit plus se reproduire.


Pétition contre le projet de fusions des académies

Signons!

 

Monsieur le Ministre,

 

Nous nous adressons à vous pour vous faire part de la crainte de voir notre académie, l’académie de CAEN, être fusionnée avec l’académie de ROUEN. Et pour vous faire part également de notre opposition résolue à ce projet.

Si nous n’avons évidemment rien contre l’académie de ROUEN ni contre ses personnels qui œuvrent au quotidien à son bon fonctionnement, nous voudrions vous exposer ici les raisons qui fondent notre point de vue.

Pas plus en 2018 qu’en 2015, la fusion des académies de CAEN et de ROUEN n’est pertinente. Elle engagerait un projet complexe de réorganisation qui aurait pour conséquence d’éloigner toujours plus de ses personnels et de ses usagers (les élèves et leur famille, les écoles et les élu.es, les établissements scolaires…) les lieux de décision, de pilotage et d’administration de notre service public. Aucun besoin identifié n’est à l’origine de ce projet, hors la satisfaction intellectuelle de voir correspondre la carte des région à celle des académies.

Fusionner les académies nous engagerait aussi dans un processus de mutualisations, de regroupements de service avec leurs conséquences sur les conditions de travail des personnels, à commencer par ceux des services académiques, rectorat et DSDEN.

Si fusion il y a, doublons (de services et d’emplois) il y aura ; ce qui laisse supposer que cette fusion ne serve en fait à permettre les suppressions de postes promises par le candidat Macron. La crainte de voir disparaître de nombreux emplois administratifs dans nos départements est grande, malgré les promesses, au détriment du service rendu au public.

Nous souhaitons pour notre service public, à l’inverse des préconisations du rapport de l’IGAENR sur la réorganisation territoriale des services déconcentrés, conserver une organisation territoriale de proximité : et donc une académie de CAEN et un rectorat d’académie à CAEN, dont les compétences et prérogatives auront été préservées.

 


Signer la pétition


Plus d'articles...