Infos Sud Education Calvados hebdomadaire Lettre hebdomadaire de SUD éducation Calvados
vendredi 3 février 2017

Solidaires, Unitaire, Démocratique

 

Inter-catégoriel

 

UNE NOUVELLE FORMATION AU RABAIS


Le ministère crée un nouveau diplôme, le Certificat d’Aptitude Pédagogique aux Pratiques de l’Éducation Inclusive (CAPPEI), en remplacement des CAPASH et 2CA-SH. Ce diplôme commun aux enseignant-es des premier et second degrés, fait disparaître les options (A, B, C, D, E, F et G).
Cette nouvelle certification serait, selon le ministère, une réponse aux exigences de l’école inclusive contenue dans la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République, du 08 juillet 2013. Il considère que la séparation adaptation / handicap n’est plus opérationnelle parce que de nombreux/euses élèves en situation de handicap sont aujourd’hui scolarisé-es en SEGPA. De même, que des personnels des RASED travaillent avec des élèves qui, pour certain-es, relèveront, dans la suite de leur scolarité, du champs du handicap.

 

Avec cette nouvelle certification, le ministère en profite pour faire des économies. Pour les enseignant-es du 1er degré, le temps de formation est réduit. Cette nouvelle formation représente 100 heures de moins par rapport au CAPASH. En 13 ans, depuis la fin du CAPSAIS, la formation spécialisée des enseignant-es du premier degré aura donc perdu 450 heures !


Lors de son VIIème congrès de mai 2015 la fédération SUD éducation affirmait :

« Un syndicat de transformation sociale comme le nôtre se retrouve dans les principes d’une école inclusive, c’est-à-dire dans une posture éthique qui affirme que l’école est pour tou-te-s. Nous revendiquons une école démocratique, émancipatrice, qui n’exclut pas. L’enjeu est de permettre à des enfants reconnu-es être en situation de handicap ou en grande difficulté scolaire d’être scolarisé-es, en milieu ordinaire, dans la mesure de leurs capacités, en prenant en compte les dimensions sociales et culturelles. Mais le principe d’une école réellement inclusive et d’un collège vraiment pour tou-te-s est un objectif à atteindre.
L’inclusion actuelle, telle qu’envisagée par le ministère, est loin d’être une inclusion réelle.

... Actuellement la scolarisation des élèves en situation de handicap repose uniquement sur la responsabilité de l’enseignant-e. Ce qui génère une dégradation forte des conditions de travail. »


Cette nouvelle réforme s’inscrit totalement dans ce que nous dénonçons. Le ministère cherche à mettre en place l’école inclusive à marche forcée sans aucune garantie quant à la mise en œuvre et les moyens alloués.


Retrouvez ici l’intégralité de cette analyse : cappei_communique_federal_31_janvier_2017.pdf


Et là, une expression commune Sud éducation – CGT Educ’action : expression_commune_cappei_cgt_sud-2.pdf

 

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES CONTRATS PRÉCAIRES DE L’ÉDUCATION NATIONALE ?

 

Un stage à destination de tous les personnels précaires de l’Éducation Nationale aura lieu le mardi 21 mars à Cormelles le Royal.
Venez vous informer, échanger et débattre lors de ce stage de formation syndicale, c'est un droit pour tous les personnels. Vous pouvez bénéficier de 12 jours par an de stage pour congé de formation syndicale à plein traitement durant l’année (voir modalités en page 2).
Cette journée ne peut être déduite de vos salaires !


La formation et l’information syndicales sont des droits, nous vous invitons à en faire usage afin d’avoir une réflexion collective sur vos droits et sur les moyens de les faire progresser. Ce sont des revendications collectives et des mobilisations qui ont obligé les gouvernements, quels qu’ils soient, à mettre en place des améliorations.


Faites-le savoir autour de vous !

 

Enseignement 1er Degré

 

DOCUMENTS PRÉPARATOIRES À L’INSPECTION

 

Dans l’ensemble des départements, nous constatons que depuis plusieurs années les documents exigés par les inspecteurs et inspectrices de circonscription lors des inspections sont de plus en plus nombreux et variables d’un-e Inspecteur/trice de l’Education Nationale à l’autre.


Un nombre croissant d’IEN exigent aussi, en amont de la visite inspection, la production d’un document préparatoire souvent sous la forme d’un questionnaire qui vise à une auto analyse des pratiques professionnelles de l’enseignant-e inspecté-e.


Remplir 5, 6 ou 7 pages d’un questionnaire dans lequel les enseignant-es sont amené-es à faire leur autocritique, représente une charge de travail importante et demande un temps considérable qui outre le fait qu’elle ne sert en rien à améliorer les pratiques professionnelles des enseignant-es, permet surtout de faciliter le travail des IEN. Ces questionnaires participent au formatage des personnels et relèvent des pratiques managériales d’évaluation.


Si SUD éducation a toujours rejeté le système basé sur l’inspection-notation, nous sommes tout aussi défavorables au système d’inspection-entretien professionnel qui vient de le remplacer.


SUD éducation se bat pour imposer une évaluation purement formative et coopérative, complètement déconnectée des rémunérations et de l’évolution des carrières.


Lire ici l’intégralité de l’article : http://www.sudeduc14.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1567:2017-01-31-21-59-00&catid=53:communiques&Itemid=30

 

Ne le dites à personne

 

FAITES COMME NOUS, DITES NON !

 

Cette semaine, une conseillère pédagogique est venue à l'école pour présenter à l'équipe le protocole « évaluation d'école » que nous avons la chance, le bonheur, de subir cette année en lieu et place de formation.


En un peu plus d'une heure, elle a tenté de nous convaincre du privilège que nous avions et combien cela allait être formateur et comment nous allions pouvoir en retirer une grande « plus-value » pour notre école et pour nous-même.
Pour augmenter les compétences de nos élèves, il allait falloir commencer par analyser les « observables » (c'est-à-dire, développer pas moins de 58 items allant des « registres des élèves » aux « dispositifs d'aides » en passant pas « la relation avec les collectivités », « l'évaluation », « l'ambition scolaire », « le projet d'école », « la conception et la mise en œuvre du travail », « le climat scolaire », etc... Je ne peux pas tout citer ici, mais rassurez-vous « il est tout-à-fait possible d'en ajouter pour s'adapter au profil de l'école ».)


Ensuite, nous allions pouvoir nous observer les uns les autres en classe, en binôme avec une conseillère pédagogique ou l'inspectrice elle-même. Pour une meilleure organisation, la conseillère pédagogique avait préparé un tableau, nous n'avions plus qu'à nous inscrire. Là, un peu de mathématiques s'imposent. Sachant qu'il y a deux conseillères péda et une inspectrice et que 2+1 = 3, elle avait prévu logiquement 3 classes à observer en même temps. 3 classes observées = 3 collègues observatrices = 3 collègues sorties de leur classe. La dame avec son joli tableau fut bien embêtée lorsque nous lui fîmes remarquer que dans nos classe, nous avions pour habitude d'accueillir ce que nous appelons communément, en jargon EducNat, « des élèves » et que sortir de nos classes, ça n'était pas si simple... Elle n'y avait tout simplement « pas pensé ». Et oui, l'élève n'est pas qu'une donnée théorique, c'est une entité réelle. (pas facile à comprendre, ça !)


Après s'être gentiment observées mutuellement, nous allions pouvoir définir 2 axes de travail pour les 3 ans à venir et formuler des besoins en formation. Super !


La réaction de l'équipe fut unanime : c'est bien sympathique tout ça, mais tous ces papiers qu'il va falloir noircir, vont-ils servir à faire remarquer à la mairie que les locaux sont inadaptés ? Que nous manquons de matériel ? Que les rythmes des enfants ne sont pas du tout respectés (ben oui, ici, c'est le centre de loisirs qui ramène les sous-sous alors c'est lui qui décide de l'emploi du temps...)? Vont-ils nous permettre de revoir un jour le RASED dans notre école ? Vont-ils nous permettre d'avoir un PMQC pour nous aider à accueillir tous ces élèves avec reconnaissance de handicap ? Ah, mais non, ne rêvez pas. « L'inspectrice n'est pas le père-noël ! »


L’inspectrice n'est pas le père-noël ? Et bien nous, nous ne sommes pas des jambons ! Alors l'évaluation d'école, non merci, elle ne passera pas par nous !

 

DE NOTRE UNION SYNDICALE SOLIDAIRES

 

NOTRE SANTÉ EN DANGER

 

36% à 64% de la population, (selon les spécialités médicales) renonce à des soins pour des raisons financières. Le nombre de médecins pratiquant des dépassements d’honoraires ne cesse d’augmenter avec les « contrat d’accès aux soins » de Mme Touraine incitant les médecins à adhérer au secteur 2 qui autorise les dépassements d’honoraires.


Cette situation ne peut que s’aggraver avec la progression des déserts médicaux en milieu rural et dans les quartiers populaires des villes, même à Paris. Ces inégalités d’accès à la santé sont aggravées par les restructurations hospitalières et les fermetures de maternités de proximité imposées par les gouvernements successifs.

 

La mise en place par le gouvernement depuis le 1er janvier 2016, de l’Accord National Interprofessionnel (ANI ) a rendu obligatoire l’adhésion à une mutuelle ou assurance privée pour tous les salarié-es. Cette privatisation d’une partie du remboursement ouvre la voie à F. Fillon et d’autres qui veulent aller encore plus loin dans la remise en cause de la solidarité et la destruction de la Sécu en transférant aux complémentaires la totalité du « petit risque » alors que cette notion n’a aucun sens, une grippe peut avoir de graves conséquences comme on le voit actuellement.


Difficultés d’accès aux soins, démantèlement des hôpitaux publics, casse de la « Sécu » : Ça suffit !
Le 7 mars aura lieu à Paris une manifestation pour s’opposer aux suppressions d’emplois et d’activités, aux fermetures de services et aux regroupements autoritaires dans tous les secteurs de la santé, à la privatisation des activités et des établissements, à tout transfert de prestations de l’assurance-maladie obligatoire vers les complémentaires/assurances privées.


Pour plus de renseignements et des compléments d’information, lire ici : https://www.solidaires.org/Difficultes-d-acces-aux-soins-demantelement-des-hopitaux-publics-casse-de-la

 

 


Télécharger la lettre


Recherche

Faits marquants en image

En ligne actuellement

Nous avons 122 invités en ligne