Déclaration de SUD Éducation et Solidaires

CAPA certifié-es du 22 mai 2017

 

Nous allons travailler aujourd’hui sur les dernières braises mourantes de l’ancienne modalité de promotion de certains et certaines collègues. Nous ne la regretterons pas.


Mais la nouvelle gestion de carrière des enseignant-es, applicable à la rentrée prochaine, n’est pas porteuse de bonnes avancées.L’instauration de nouvelles grilles indiciaires s’articule avec un nouveau déroulé de carrière. L’ancien système aux trois rythmes d’avancement est supprimé, remplacé par un avancement unique. Cela pourrait aller dans le sens de l’égalité, mais la création de moments d’accélération de carrières (2 ans possiblement gagnables sur 42 ans de travail), la création d’une classe supplémentaire dite exceptionnelle creusant les inégalités entre collègues, permettent à l’Institution de valoriser les enseignant-es qu’elle choisit comme les plus méritant-es.


Donc rien de changé, si ce n’est ou alors en pire.


Très bientôt, comme à chaque changement de personnel politique, le nouveau ministre nous tartinera de pommade et nous encensera en réaffirmant que nous pratiquons le plus beau métier du monde, tout en passant sous silence que nous, acteurs et actrices de terrain, sommes les plus mal payé-es d’Europe.

 


L’augmentation des salaires, prévue dans les PPCR, repose sur le glissement d’indemnités vers les points d’indice : mais un transfert n’est pas une augmentation ! Ce tour de passepasse n’a pour but que de cacher l’immobilisation de nos traitements. Et nous n’avons aucune garantie que le calendrier de prétendue revalorisation, très étalé jusqu’en 2020, soit maintenu par le nouveau gouvernement.


Le flou artistique et les formules ronflantes des critères d’évaluation inscrits dans un référentiel de compétences, comme « s’engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel », des « parcours individuels remarquables », « agir selon des principes éthiques », l’absence de grille de référence, vont rendre les promotions encore plus opaques, donc favoriser encore l’arbitraire.
La promotion au mérite individuel ignore les réalités et les besoins pédagogiques en termes de pratiques collectives, et enferme les collègues dans des logiques personnelles menant à la compétition entre pair-es, la culpabilisation et l’auto-dévalorisation.


SUD Éducation s’est battu pour la suppression de l’évaluation basée sur l’inspection/notation, SUD Éducation se battra contre la nouvelle forme d’évaluation dans laquelle le rôle des cheffes d’établissement serait renforcé, ceux-ci et celles-ci devenant des managers de carrières de leurs subordonné-es, se battra contre cette logique de Ressources Humaines copiée sur celle à l’oeuvre, avec les dégâts humains que nous savons, dans les entreprises privées.


SUD Éducation revendique toujours :


– une évaluation basée sur la coopération et le travail en équipes,
– une évaluation totalement déconnectée de la progression des carrières et rémunérations,
– une véritable formation continue permettant d’améliorer nos pratiques pédagogiques.


Télécharger la déclaration


Recherche

Faits marquants en image

En ligne actuellement

Nous avons 27 invités en ligne