Recherche

Agenda militant

<< Oct. 2019 >>
LMMJVSD
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Faits marquants en image

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui162
mod_vvisit_counterHier973
mod_vvisit_counterCette semaine1135
mod_vvisit_counterLa semaine dernière22735
mod_vvisit_counterCe mois-ci79398
mod_vvisit_counterLe mois dernier138602
mod_vvisit_counterCumul7762592

 , 

Infos Sud Education Calvados hebdomadaireLettre hebdomadaire de SUD éducation Calvados
Mercredi 11 octobre 2017
Solidaires, Unitaire, Démocratique

 

Inter-catégoriel

 

L’UNITÉ POUR GAGNER


De nombreuses organisations se sont réunies le 4 octobre à la Bourse du Travail à Paris.
Elles partagent le constat suivant : le gouvernement applique le projet de société du Medef, précarise l’emploi, facilite les licenciements et bouleverse les relations et les normes sociales. Les ordonnances ne sont que la première pierre d’un vaste chantier de destructions massives annoncées : retraites, sécurité sociale, logement social, aides sociales et assurance chômage mais aussi dégradation et privatisation des services publics, dans un contexte de remise en cause des libertés publiques.

 

Face à ces attaques, nous sommes à un tournant historique qui nécessite d’organiser un puissant mouvement social et de lui donner les moyens stratégiques d’être gagnant.

 

L'unité dans le respect de nos diversités est essentiel pour gagner.


Parce que la généralisation de la lutte demande un travail collectif qui sera d’autant plus fort s’il est porté de façon unitaire, nos organisations invitent toutes les organisations qui le souhaitent à venir construire les nécessaires formes de soutien aux grèves, de mobilisation, de leur coordination pour les jours et semaines à venir.


Retrouvez ici la totalité de cet appel.

 

 

RENCONTRE DE SUD ÉDUCATION AVEC LE MINISTRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE


Le ministre Jean-Michel Blanquer et la Conseillère Sociale du ministère, Isabelle Bourhis, ont reçu en audience des représentant-es de la fédération des syndicats SUD Éducation le lundi 2 octobre 2017.


Comme nous l’avions prévu dès la nomination de celui qui a fait appliquer la politique éducative de Sarkozy, le projet de J.M. Blanquer est à la fois néolibéral et réactionnaire.

 

Il va encore plus loin dans la volonté de renforcer les pouvoirs des chef-fes d’établissement et les hiérarchies, y compris dans le 1er degré. Sa vision des programmes et des méthodes s’inscrit dans une vision réactionnaire de l’école. En multipliant les processus de sélection, l’école de Macron et Blanquer poursuit l’adaptation du service public d’éducation aux besoins du patronat.

 

 

Pour SUD Éducation, l’heure est à la construction d’un large front de lutte contre cette contre-révolution scolaire qui vient, et à défendre une école égalitaire et émancipatrice. Il doit s’inscrire dans le mouvement global de refus des politiques néo-libérales de Macron et de son gouvernement.


Vous trouverez ici le compte-rendu complet de cette audience.

 

 

BUS DE LA HONTE


Alors que l’actualité voit ressurgir l’influence des réactionnaires dans le débat public, l’école n’est pas à l’abri des propos sexistes, homophobes, lesbophobes et transphobes, haineux et mensongers qui vont crescendo depuis 2013. En ce début d’année scolaire, une action nous préoccupe particulièrement.


Une nouvelle attaque réactionnaire est annoncée par un communiqué de « Citizengo », tissant, avec une outrance qui sidère autant qu’elle révolte, le complotisme, la victimisation et le mensonge pur et simple. (De tels propos ont déjà été sanctionnés par la justice, avec la condamnation pour diffamation de Farida Belghoul).


Cette stratégie et ces propos montrent une nouvelle fois le projet de société délétère porté par Citizengo et ses semblables : une société où toutes les outrances verbales sont permises et où les affirmations infondées devraient faire foi face à la réalité des faits, une société qui s’accommode et même défend les stéréotypes sexistes et LGBTphobes qui enferment et stigmatisent au mépris de l’épanouissement des uns, des unes et des autres, une société qui nie l’égalité des droits et le respect des individus.

 

Des associations et syndicats engagés dans la lutte pour les droits des lesbiennes, gays, des personnes bisexuelles, et des personnes transgenres, appellent à faire barrage par les mots et l’action à la propagande réactionnaire de Citizengo auprès des parents et des pouvoirs publics. Reculer face aux réactionnaires laisserait la porte ouverte à des discriminations sexistes et LGBTphobes toujours plus nombreuses. Portons ensemble l’exigence d’une autre société.


Retrouvez ici l’intégralité de ce communiqué.

 

 

EN LUTTE JUSQU’À LA VICTOIRE


Suite à la décision gouvernementale de ne pas renouveler les contrats aidés, de nombreux établissements scolaires sont touchés : dans les collèges, des postes en vie scolaire notamment disparaissent ; dans les écoles, il s’agit essentiellement de postes d’adjoint-es administratif-ves. S’ils ne le sont pas encore, bien d’autres établissements seront touchés également au cours de cette année et à la rentrée prochaine.


Tout comme les collègues du collège Vercors à Grenoble, nous affirmons que le recrutement de services civiques ne peut en aucun cas remplacer l’embauche de personnels véritablement de surveillance, sur des contrats stables, et avec des conditions de travail et salariales correctes.


Dans le Calvados, plutôt que de recruter des personnels sous statut, la DSDEN n’organise pas moins de 114 « missions(137 postes) toutes à partir du 6 novembre, essentiellement dans des collèges : 1 mission dans un Établissement Régional d’Enseignement Adapté, 13 missions dans des lycées, 12 dans des écoles primaires, le reste dans des collèges.

 

Nous dénonçons l’insécurité permanente que représentent ces postes précaires, hors droit du travail, qui ne permettent pas d’assurer la pérennité des équipes.


Or, l’Éducation Nationale a besoin de stabilité et de sérénité pour travailler au mieux avec les élèves.


Vous trouverez ici le communiqué de la fédération en soutien aux collègues de Vercors.

 

 

L’AUSTÉRITÉ DANS L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET LA RECHERCHE : « Y EN A MARRE !»


Des syndicats, dont SUD Éducation, appellent à organiser des assemblées générales dans tous les établissements d’enseignement supérieur et de recherche entre le 9 et le 20 octobre 2017 dans la perspective de construire des actions dans ce secteur.


La recherche et l’enseignement supérieur vont très mal. La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (ESR) a annoncé une hausse de son budget de 700 M € en 2018. Cette augmentation sera en réalité absorbée pour près de la moitié par le remboursement de la dette contractée auprès des organismes internationaux de recherche.


Pour ces organisations, il est inadmissible que le budget 2018 accroisse encore les difficultés. Dans le contexte d’austérité budgétaire affaiblissant la Fonction Publique et dégradant les situations faites aux agentes et agents de la fonction publique, il est nécessaire de se mobiliser pour gagner l’amélioration des conditions de travail et d’emploi, des carrières et du pouvoir d’achat.


Retrouvez l’intégralité de l'article ici.

 

 

Enseignement 2nd Degré

NON À LA FERMETURE DU CAPES INTERNE DE PHILOSOPHIE


Des organisations, dont Sud Éducation, dénoncent auprès du ministre de l’Éducation Nationale la fermeture du Capes interne de philosophie pour la session 2018, alors que nous comptons un nombre croissant de non-titulaires dans cette discipline. Cette décision brutale lèse de nombreux et nombreuses collègues qui ont consacré leur été à la préparation de ce concours dont le programme est paru il y a cinq mois.


Elles s’interrogent également sur le maintien du CAER (Capes interne dans le privé), poursuivant ainsi une inégalité de traitement avec l’enseignement public.


Retrouvez ici l’intégralité de cette lettre

 

 

Ne le dites à personne

CP À 12 : L’ENVERS DU DÉCOR, SUITE

 

En Guyane, ce sont les étudiant-es de Master 1 (au tout début de leur formation d'enseignant-e) à qui on demande de boucher les trous pour mettre en place les CP à 12. Ne leur en voulez pas trop pour les fautes d'orthographe dans le cahier de liaison, elles et ils ont un concours, les partiels, et un mémoire, à préparer après la classe. Et puis, au fond de la forêt amazonienne, qui va s'en inquiéter ?


Pour les 15 % de classes en France qui n'ont pas de locaux ? On improvise avec des placards ou des paravents pour séparer, on utilise un tableau pour deux... Bref on devient encore plus flexible qu’un tuyau de douche.

 

 

ACTUALITES

L’ÉDUCATION POPULAIRE MONSIEUR, ILS N’ EN ONT PAS VOULU !

 

Conférence gesticulée de Frank Lepage


Samedi 14 octobre à 18h au Sillon, salle d’animation culturelle du Chemin Vert à Caen.

 

 

CONCERT DE SOUTIEN


Concert de soutien dimanche 15 octobre au profit de l’association Solidarité Migrants Calvados à 16h30 Église Saint-Sauveur à Caen - prix libre.


Ensemble vocal et instrumental dirigé par Gilles Treille

 

Au programme: Vivaldi, Albinoni, Bach.

 

Tous les fonds récoltés seront intégralement reversés à l’association.

 

DE NOTRE UNION SYNDICALE SOLIDAIRES

LOI SUR LA SÉCURITÉ ET LA PRÉVENTION DU TERRORISME

 


Le passage de nombreuses mesures de l’état d’urgence dans le droit courant fera passer l’exception pour la règle, définitivement... au prix des libertés.


Les député-es qui soutiennent le gouvernement mettent en avant le fait que des attentats auraient été déjoués grâce aux mesures de l’état d’urgence, déjà reconduit 6 fois depuis 2015, et qu’il serait donc légitime d’intégrer certaines de ces dispositions dans le droit commun. Mais il est fait silence sur le nombre d’inculpations réelles de personnes soupçonnées de lien avec des « groupes terroristes » et le nombre de d’arrestations, perquisitions, assignations à résidence sans lien avec une quelconque activité terroriste.


Le bilan est pourtant clair, comme l’ont dénoncé de nombreuses organisations syndicales et de défense des droits humains comme Amnesty International et la Ligue des Droits de l’Homme.


Sécurité ou liberté, nous ne voulons pas avoir à choisir : c’est un contrat de dupe. Si nous sacrifions l’un pour l’autre, nous n’aurons à la fin aucun des deux car nous vivrons dans une société divisée par la peur, la méfiance et la haine de l’autre.


Retrouvez ici la totalité de cet article.

 

 

ADHÉSION – RÉ-ADHÉSION : PENSEZ-Y

 

Vous recherchez un syndicat solidaire, un syndicat de transformation sociale, un syndicat unitaire et intercatégoriel, un syndicat de lutte, un syndicat démocratique ?


Rejoignez-nous !


Vous hésitez encore ? Vous trouverez ici 5 bonnes raisons pour adhérer à Sud Éducation.


Et là, notre bulletin d'adhésion.

 

LES ENSEIGNANT-ES, CES FAINÉANT-ES ! LE RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES

 

Le mercredi 4 octobre 2017, la Cour des comptes a publié un nouveau rapport mettant en cause la gestion des personnels enseignants. Ce document a été accueilli positivement par le ministre de l’Éducation Nationale, qui a affirmé dans un communiqué qu’il viendrait « nourrir la réflexion actuelle en matière de ressources humaines dans l’Éducation Nationale ».


Si des dysfonctionnements existent, les « solutions » proposées par la Cour des comptes vont toujours dans le même sens : appliquer des logiques managériales au service public et casser les droits des salarié-es.


Sous couvert de propositions neutres, c’est bien une offensive idéologique que mènent le gouvernement et la Cour des comptes. Celle-ci part de plusieurs postulats inacceptables : les enseignant-es sont des feignant-es, ne travaillent pas assez, coûtent trop cher... Par conséquent tout cela serait mieux géré si on appliquait les méthodes de management du privé.


Au lieu de taper une fois de plus sur les personnels enseignants, la Cour des comptes ferait bien de se demander quel est le coût pour la société d’une école inégalitaire, à deux vitesses, quel est le coût du mal-être des personnels, de la souffrance au travail...


Lien vers l’article ici.

 

 

CSG, UN MAUVAIS COÛT !


Créée en 1991, la contribution sociale généralisée (CSG) est destinée à financer la protection sociale. Cette ressource fiscale affectée aux dépenses de sécurité sociale est assise sur la plupart des revenus. En apparence plus juste, car faisant participer tous les revenus à son financement, elle est en réalité supportée à plus de 80 % par les salarié-es et retraité-es... et 11 % par les revenus financiers. Le gouvernement envisage de l’augmenter de 1,7 % au 1er janvier 2018.


Peu de gagnant-es, mais beaucoup de perdant-es !


- Solidaires revendique que les recettes supplémentaires spécifiques pour financer à 100% les besoins sociaux soient assurées par une augmentation des cotisations sociales salariales et patronales, par la fin des exonérations faites au profit des entreprises et par de nouvelles cotisations sur tous les revenus distribués (stocks options, participation et intéressement, dividendes des actionnaires) et enfin par une taxation des revenus du patrimoine.


- Solidaires revendique : un salaire minimum à 1700 euros net et des augmentations pour tous-tes de 400 euros, une augmentation des minimas sociaux.


A l’heure où le gouvernement annonce de nouvelles attaques contre l’assurance chômage, il y a là urgence à se mobiliser !


Retrouvez ici l'article dans sa totalité.

 


Télécharger la lettre