Recherche

Agenda militant

<< Nov. 2018 >>
LMMJVSD
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930

Profession de foi élections 2018

Faits marquants en image

Infos Sud Education Calvados hebdomadaireLettre hebdomadaire de SUD éducation Calvados
Mercredi 18 octobre 2017
Solidaires, Unitaire, Démocratique

 

Inter-catégoriel

CONDITIONS DE TRAVAIL : ET NOTRE POUVOIR D’AGIR ?

 

SUD Éducation Calvados organise un stage de formation syndicale
les 14 et 15 décembre.

 

Pour lutter contre la dégradation de nos conditions de travail et faire valoir nos droits, il existe des moyens concrets. Ce stage sera l’occasion de découvrir et de s’emparer des outils pour défendre et améliorer nos conditions de travail.

 

S’emparer de notre pouvoir d'agir, c’est se réapproprier notre travail.

 

Ce stage est ouvert à tous les personnels, syndiqué-es ou non, fonctionnaires d’État ou des collectivités territoriales, contractuel-les de droit public ou privé, de la maternelle à l'université. La participation à un stage de formation syndicale sur temps de travail est un droit qu’il faut faire vivre. Nous avons individuellement droit à 12 jours de formation syndicale par an.

 

Vous pouvez dès à présent nous contacter par courriel pour vous inscrire et informer l’employeur de votre participation par courrier et par voie hiérarchique (voir ce modèle ou contacter le syndicat), ce jusqu’au mardi 15 novembre.

 

En cas de refus de votre employeur ou de votre chef-fe de service, contactez-nous rapidement.

 

Vous trouverez ici l'annonce de ce stage.

 

LE 19 OCTOBRE ET APRÈS ... CONSTRUISONS ENSEMBLE LE RAPPORT DE FORCE

 

La journée unitaire du mardi 10 octobre a réuni plus de 400 000 manifestant-es sur l’ensemble du territoire et d’importants taux de grévistes dans les trois versants de la fonction publique. Dans de nombreuses villes, répondant aux appels à la convergence public/privé, comme celui de Solidaires, des équipes du privé se sont jointes aux cortèges. Le mécontentement s’amplifie contre la politique du gouvernement. Les projets de régression se poursuivent.

 

Il s’agit maintenant de créer un véritable rapport de force. Saisissons-nous de toutes les occasions pour construire la mobilisation, comme le 19 octobre, par les manifestations, les actions de blocage et de sensibilisation, la grève... Mais ne proposer que des journées de mobilisation saute-moutons mène à l’impasse et aucun secteur ne gagnera seul : il faut en finir avec la dispersion des luttes et construire leur convergence.

 


Pour Solidaires et la fédération SUD éducation, la stratégie qui permettra de gagner, c’est de construire un mouvement massif, prolongé, de grève et de manifestations. Il faut désormais construire la grève public/privé en mettant en débat avec les salarié-es,dans les assemblées générales, dans les établissements et les services, sa reconduction pour déboucher sur le retrait des ordonnances et des restrictions budgétaires, pour mettre un coup d’arrêt aux politiques de destruction sociale et imposer des alternatives.


Retrouvez ici la totalité de cet article.

 

 

ÉVALUATIONS NATIONALES CP ET 6ème : PAS D’OBLIGATION

 

Le ministère a décidé d’imposer le retour d’évaluations nationales. L’ensemble de la communauté éducative n’a pourtant jamais cessé de les dénoncer. SUD Education réaffirme son refus catégorique de ces évaluations.


Ces évaluations nationales ne constituent pas un outil professionnel pour la classe et ne sont pas au service du diagnostic ni de la réduction des difficultés scolaires. Elles seront utilisées pour contrôler le travail des enseignant-es, sur la base d’objectifs purement quantitatifs. Progressivement, on prépare l’opinion publique à l’idée que la mission première de l’enseignement réside en la quête permanente de la performance et du classement. Ces évaluations préparent la mise au pas réactionnaire de l’école que programment Macron et Blanquer, sur les méthodes et les programmes.

 

Ces évaluations nationales ne sont pas obligatoires car aucun cadre formel n’est encore paru au Journal Officiel !

 

 

L’intégralité du communiqué ici.

 

 

Enseignement 1er Degré

CP À 12, C’EST DE LA COM !

 

SUD Éducation se réjouit que le ministère reconnaisse enfin l’importance des effectifs par classe... En réalité, les conditions de mise en œuvre de cette mesure sont problématiques. La mise en œuvre des CP à 12 en REP+ relève d’une mesure de marketing politique.


Le manque de moyens pour l'application de la mesure impose une limitation à un nombre d'écoles très restreint (les seuls CP des seuls REP+). Cette mesure se fait à budget constant. Ces CP à 12 s'ouvrent ainsi via le redéploiement de postes existants, au détriment des postes Plus De Maitre-esses Que De Classes (qui ont eu à peine le temps d'exister) et des postes de remplaçant-es (qui sont déjà notoirement insuffisants). Cette décision n’a donné lieu à aucune espèce de concertation. Le Conseil Supérieur de l’Éducation n’a pas été saisi. Cela relève pourtant pleinement de ses attributions puisqu’il doit émettre des avis sur les objectifs et le fonctionnement du service public de l’éducation et sur toutes les questions d’intérêt national concernant l’enseignement ou l’éducation.

 

Les personnels subissent les lubies des mandatures successives, au détriment de leurs conditions de travail et des conditions d'apprentissage des élèves. Locaux inadaptés, absences non remplacées, liberté pédagogique bafouée, les autres classes de l’école surchargées ....


Retrouvez le communiqué sur notre site ici.

 

Enseignement 2nd Degré

RÉHABILITATION DES LYCÉES PROFESSIONNELS, ENFIN !

 

SUD Éducation se félicite des annonces de notre cher ministre de l’Éducation Nationale. Jean-Michel Blanquer exprime vouloir faire de l’enseignement professionnel « une voie d’excellence » et en fait une « très grande priorité ».


Les équipes pédagogiques vont pouvoir enfin exercer leur métier dans des conditions de travail optimales et sortir de l’illégalité imposée par l’absence de moyens : fini la galère, enfin un bol d’air ! Et vous , vous y croyez ?


L’intégralité de l’article ici.

 

Ne le dites à personne

EN LUTTE CONTRE LA FERMETURE DE COLLÈGES

 

Le Conseil Départemental du Calvados décide de fermer deux collèges : celui de Colombelles et Port-en-Bessin.


Le Conseil Départemental de l’Eure a décidé également de fermer deux collèges REP+ pour l'un à Évreux et REP pour le second au Val-de-Reuil à la rentrée 2018.


Le projet initial prévoyait même la fermeture d'un collège rural, mais c'est l'éloignement des collèges les plus proches rendant les trajets insupportables qui a eu raison de ce projet abandonné récemment.


Les parents ont pris connaissance du projet de re-sectorisation dantesque qui accompagne ces fermetures et sont excédés de voir le sort qui sera fait à leur(s) enfant(s).


Ce ne sont pas des tout petits collèges.


L'une des nombreuses conséquences négatives sera la perte des moyens en éducation prioritaire pour les collégien-nes, mais aussi pour les écoles alentour !


Partout les familles, les enseignant-es se mobilisent.

 

Plus que jamais nous avons bien compris qu'il s'agit là de faire payer aux classes populaires le coût de l'austérité et nous avons entendu en audience des propos dignes de stéréotypes bourgeois qui sont venus renforcer notre courroux et alimenter notre protestation.

 

 

CHSCT-A

 

À l'ensemble des personnels


Le jeudi 12 octobre dernier, le CHSCT-A s’est tenu dans une ambiance fort délétère. Pour SUD Éducation, ce qui se passe sur le terrain est la conséquence des carences de l'employeur dans l'application des textes en vigueur destinés à mettre en œuvre une réelle politique de
prévention et de santé au travail.

Sous prétexte qu'une enquête administrative est en court, l'administration a suspendu une visite à Alençon alors que l'ensemble des membres l'avait votée le 8 juin dernier. Cette décision a été condamnée au travers d'une déclaration (voir pj) par les représentants du personnel.

 

Aussi au cours de l'instance, le protocole de visite, voulu par les services, a été l'objet de nombreux échanges auxquels ont collaboré certaines organisations syndicales. SUD Éducation a voté contre car il s'agit d'une réécriture illégale de l'article 53 du décret 82-453 de mai 1982 modifié et freine l'action des membres du CHSCT. Au final, 4 membres se sont abstenus et 2 ont voté pour ! Devinez qui !


Le Registre de Santé et de Sécurité au travail dématérialisé permet de faire apparaître au grand jour les dysfonctionnements et les difficultés rencontrées par les personnels. C'est pourquoi, à moult reprises, les membres du CHSCT ont signalé l’importance de la qualité du suivi que la hiérarchie est tenue de faire. Force est de constater que beaucoup trop souvent les suivis faits, quand ils existent, ne répondent pas efficacement aux situations pathogènes et violentes pour les agents. Pour rappel il revient aux che-fes d'apporter des solutions aux situations dangereuses et de tenir compte des préconisations votées en instance des CHSCT. Pourtant la chaîne d'information et de formation des che-fes est une préconisation votée à maintes reprises par les membres!


Lors de cette instance, alors que SUD Éducation a dénoncé l'absence de volonté du renforcement de la prévention de l'inaptitude et le maintien dans l'emploi en tant qu'axe de prévention prioritaire, à la question quelles sont les mesures d'accompagnement des stagiaires pour prévenir les risques psycho sociaux, le recteur répond que c'est rendre service que de licencier des stagiaires pas faits pour le métier !!! Aussi nous redoutons le traitement qui sera fait aux assistants de prévention et de sécurité employés depuis 2012 avec des contrats calqués sur le modèle des AED et dont l'administration n'avait pas connaissance !!!

 

Pour SUD Éducation, il est impossible de parler de préventions, d'amélioration des conditions de travail sans évoquer les suppressions massives d'emplois, les restructurations permanentes des services et sans dénoncer la politique d'austérité pratiqué par les différents gouvernements.

 

SUD Éducation continuera à lutter sur le terrain avec les personnels et en instance pour faire valoir et exercer le droit en matière de santé et sécurité au travail partout où cela ne semble jamais possible.

 

Le lien vers l'article et la déclaration en pdf

 

LE RADON TUE ! DES ENFANTS ET AGENT-ES EN DANGER !

 

Dans une école des Hautes-Alpes, le taux de radon a été mesuré à 1 224 Bq/m3 dans le dortoir où les enfants font la sieste. Soit plus de quatre fois la norme autorisée en France, douze fois la norme recommandée par l’OMS !

 

La seule réponse de l’administration a consisté à déplacer les enfants de l’école dans une partie où le taux de radon dans l’air est à ce jour inconnu.

 


Le radon tue ! Il est classé « cancérigène certain » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Le ministère de la santé évalue le nombre de décès causés par le radon entre 1200 et 2900 par an.


Le Calvados aussi est concerné !

 

 

ACTUALITES

ENSEMBLE AGISSONS !

 

Salarié-es du public, salarié-es du privé, privé-es d’emplois, précaires, retraité-es, ensemble agissons !


Contre la casse du code du travail, du statut des fonctionnaires, de la protection sociale, des services publics !


Retrouvons-nous à 11h00 Esplanade de la mairie à Caen, à 17h30 Porte de l’horloge à Vire le 19 octobre.


Retrouvez ici le tract et n’hésitez pas à le diffuser autour de vous.

 

 

RÉUNION PUBLIQUE DU FRONT SOCIAL CAEN-CALVADOS

 

Le 19 octobre à 20h, salle Gutenberg, rue Gutenberg à Caen, sur le thème "État d'urgence permanent, nos libertés sont en danger !"


Prochaine réunion Front Social :


Le mardi 24 Octobre 2017 à 18h30 au Chemin Vert 13 avenue Robert Schuman en face de la piscine dans un immeuble en sous-sol (entrée par derrière) (plan ici).

 

 

L’AVEU D’ÉCHEC D’UNE POLITIQUE DES TRANSPORTS !


« Privatisation complète du transport de marchandises par rail en 2018 », le mot a été lâché par l’un des principaux dirigeants de cette activité du Groupe Public Ferroviaire SNCF. Au prétexte d’un plan stratégique qui devrait être annoncé avant la fin de l’année, SNCF devrait annoncer la privatisation/filialisation de l’ensemble de l’activité.

 

Pour la Fédération SUD-Rail, cette annonce en interne n’est que l’aveu d’échec d’une politique des transports globale qui ne s’est jamais donné les moyens politiques pour que, plutôt que par la route, les marchandises circulent par le rail.


Vous retrouverez ici l'analyse complète de la fédération SUD Rail.

 

 

DE NOTRE UNION SYNDICALE SOLIDAIRES

FIN DE CAVALE CONTRE LES MULTINATIONALES ?

 

Le 27 mars 2017 a été promulguée la loi française sur le devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre. Cette loi, fruit d’un long combat de la société civile, est un premier pas inédit pour lutter contre l’impunité des multinationales qui, partout dans le monde, violent les droits des travailleurs·ses et des populations locales et détruisent l’environnement. L’important lobbying déployé par le secteur privé contre ce texte aura réussi à ralentir son adoption et à affaiblir son contenu.


Ce texte est indéniablement une première mondiale en la matière, il instaure pour la première fois une obligation légale des maisons-mères et sociétés donneuses d’ordre à « identifier les risques et à prévenir les atteintes graves envers les droits humains et les libertés fondamentales, la santé et la sécurité des personnes ainsi que l’environnement », qui peuvent résulter des activités de leur groupe de sociétés (filiales, sociétés contrôlées), et des entreprises liées à leur production (sous-traitants, fournisseurs), en France comme à l’étranger. Cette loi permet donc enfin d’appréhender la complexité juridique des multinationales ainsi que la multiplicité des relations commerciales qu’elles peuvent entretenir avec d’autres acteurs économiques.


Une initiative concrète a vu le jour à l’ONU en parallèle du processus législatif en France :
des négociations sont en cours sur l’élaboration d’un instrument international légalement contraignant sur les multinationales et les droits humains. Ce projet de traité représente une opportunité unique « d’internationaliser » la loi française, et de surmonter ses limites notamment en matière d’accès des victimes des multinationales à la justice.


Dans la lutte de David contre Goliath, David vient de trouver sa fronde !


Ici un résumé vidéo

 

Lien vers l’article sur notre site et le rapport complet des Amis de la Terre

 

 

CIRCULEZ Y’A RIEN À VOIR !

 

En ouverture du rendez-vous salarial du 16 octobre présidé par le Ministre Gérald Darmanin, les 9 fédérations de la Fonction Publique ont fait une déclaration unitaire rappelant la dégradation du pouvoir d’achat subie par les agents depuis des années.


Et ont souligné, d’une seule voix, la forte mobilisation des agent-es publics le 10 octobre.


Les annonces du Ministre ont été :
- Confirmation du gel du point d’indice pour 2018,
- Rétablissement du jour de carence,
- Décalage d’un an du calendrier de la mise en œuvre de PPCR,
- Compensation de la CSG
- ...

 

Solidaires considère au vu de ce rendez-vous raté que la mobilisation engagée le 10 octobre mérite d’être poursuivie.

 

Solidaires Fonction Publique revendique :
- le rattrapage des pertes de pouvoir d’achat, par l’attribution a minima d’un nombre de points d’indice uniforme pour toutes et tous (60 points)
- le dégel du point d’indice, valeur de référence du pouvoir d’achat des fonctionnaires
- la refonte des carrières permettant la linéarité de la carrière et pour une véritable reconnaissance des qualifications
- l’intégration d’une large partie des primes dans le traitement
- l’égalité salariale femmes/hommes
- la réduction des écarts de rémunération entre les 3 versants de la fonction publique.

 

Vous trouverez ici l'intégralité de l'article.

 

 

NOUS NE FAISONS PAS PARTIE DE LA CORDÉE DE MACRON ...

 

L’Union syndicale Solidaires a été reçue par le Premier ministre, la Ministre du travail et le Ministre de l'éducation ce mardi 17 octobre.


Cela a été un moment pour affirmer notre exigence de retrait des ordonnances, d’abrogation de la loi El Khomri, mais aussi notre rejet des restrictions budgétaires qui touchent les services publics et exiger le maintien des contrats aidés, des APL et des fonds du logement social.


Pour Solidaires, toute cette politique fait système, elle provoque l’accroissement des inégalités, protège et encourage les nanti-es. C’est une politique de riches, de mépris pour ceux et celles, fainéant-es, qui foutent le bordel en défendant leurs droits, qui ne sont pas en tête de cordée, ou pas dans la cordée du tout.


Solidaires travaille à faire de la mi-novembre un moment de convergence de l’ensemble de ces luttes et nous porterons des propositions à l’intersyndicale dans ce sens. La constitution d’un mouvement social fort et déterminé est une urgence.

 

Nous sommes ensemble dans la grève et dans la rue.

 

Retrouvez ici l'intégralité de l'article.


Télécharger la lettre