Recherche

Spécial précaires

Faits marquants en image


 

 

Rail à défendre n°28

SUD-Rail appelle à poursuivre la lutte !

Pacte ferroviaire

 

Si la CFDT et l’UNSA, un pied dedans, un pied dehors dans ce conflit, appellent à arrêter la grève, pour la Fédération SUD-Rail, nous ne validerons pas des reculs sociaux !

 

La fin du statut en 2020 !
La concurrence et le transfert obligatoire !
La filialisation du Fret !
La transformation de SNCF en Sociétés Anonymes !
La fin des accords locaux !


 

Le 28 juin, la bataille du rail doit s’étendre partout !

 

Les cheminot-e-s poursuivent leur lutte légitime par une grève dont la durée est remarquable !


Face à nous, le pouvoir reste droit dans ses bottes, fait adopter la loi et refuse de négocier. L’Union syndicale Solidaires appelle tous les secteurs à se mobiliser pour faire de la journée du 28 juin partout, une journée de soutien aux cheminot-e-s dans leur lutte contre la privatisation et pour la préservation du statut.


Cette convergence avec les étudiant-e-s, la fonction publique, les aériens, les routiers, les secteurs en lutte, les mouvements d’opposition à la politique de Macron refusée depuis le 3 avril par la CFDT et l’UNSA, ne peut plus être un frein pour la CGT ; la fin des modalités en 2 sur 5 permettra également de coordonner les luttes !

 

Le 28 juin, on lutte tous ensemble et partout pour un véritable service public des transports sur tous les territoires, pour toutes et tous !

 

 

Faisons abroger la loi ferroviaire

qui va bénéficier aux patrons sur le dos des cheminot-e-s et des usagers,

qui détruira les acquis sociaux de tous les salarié-e-s !

 

 

Tous les salariés sont concernés par cette casse du service public ferroviaire, et cette volonté de livrer au privé tous les services publics. Après la Poste, EDF – GDF, ce sont les transports qui ouvrent le grand chantier de Macron qui veut livrer l’argent  public aux appétits financiers. Les cheminot-e-s doivent rapidement obtenir le soutien actif de tous ceux qui refusent d’être exploités, ignorés, persécutés, volés, car une fois le statut des cheminot-e-s détruit, le pouvoir s’attaquera à celui des fonctionnaires et continuera à détruire tous les acquis sociaux qui présentent des obstacles à la libéralisation totale, Thatchérienne, et désormais Macronienne du  marché du travail.

 


A la SNCF, les cheminot-e-s restent déterminés ; SUD-Rail appelle à une unité syndicale de lutte dans tous les secteurs. Désormais, c’est aux grévistes de définir les formes de leur lutte, et aux organisations syndicales de négocier une autre réforme ferroviaire qui n’en finit pas avec l’entreprise publique et le statut de ses salarié-e-s.

 

Un même statut pour tous les travailleurs du rail, c’est ça la modernisation du secteur. C’est ce qui permettra de pérenniser un système ferroviaire public, sûr, économiquement, écologiquement et socialement durable !

 

UNSA et CFDT arrêtent...

Les cheminots veulent l’unité SUD-Rail et CGT !

SUD-Rail appelle à la résistance et à l’unité partout !

 

  • Les 6 et 7 juillet, la CGT rejoint SUD-Rail pour bloquer la circulation des trains ; un jour où le gouvernement devra rendre des comptes.
  • Dès le lendemain, nous appellerons à renforcer la mobilisation le 11 juillet, où la direction SNCF entend faire l’annonce de 3000 suppressions d’emplois avant une filialisation du Fret.

 

Après, on continue, on décide dans les AG !

 


Télécharger le communiqué


Face aux magouilles, réaffirmons nos revendications
Maintien du statut d’EPIC, réunification en une
seule entreprise.
Arrêt de la gestion et de l’organisation par
activité.
Embauche des cheminots au statut.
Maintien du recrutement au statut (amélioration
du RH 00254).
Ré-internalisation des charges sous-traitées ou
filialisées.
REJET de la mise en concurrence intra-modale
du transport ferroviaire.
Engagement de l’État à financer le
remboursement de sa propre dette.
Mise en place d’un cadre législatif permettant le
financement nécessaire au bon fonctionnement
du système ferroviaire (infrastructure, transport
de marchandises et de voyageurs)
Refus de filialisations et relance du transport de
marchandises.
Ex t ra i t
DU C
OMMUNIQUÉ DE PRESSE
SUITE A LA RENCONTRE AVEC LE 1er MINISTRE
Le gouvernement annonce place nette ... Pour les pa
trons du ferroviaire privé !
La dette une nouvelle fois sert de prétexte pour pr
ivatiser les profits, et passer cette nouvelle cont
re-réforme.
Cette fois-ci, ce sont bien des dizaines de milliers
de suppressions d'emploi, la fin du statut, la ferme
ture de
milliers de kms de lignes qui sont prévues pour finan
cer cette reprise partielle de la dette, ce que per
met
évidemment le pacte ferroviaire.
L’Union syndicale Solidaires et la Fédération SUD-R
ail, ne peuvent que dénoncer l'absence de perspecti
ves
pour le financement du système ferroviaire et réclame
nt le retrait d'un pacte dont les premières victimes
seront les usagers et ceux qui organisent au quotid
ien le transport ferroviaire de voyageurs et de marc
handises.
Concernant le projet de loi avant son passage au Sé
nat, si des amendements dits «
sociaux
», ont bien été
déposés, leur portée dans une entreprise où la dire
ction fait tout,
depuis des années, pour contourner la législation (
voir les multiples
condamnations dont elle a fait l’objet

Agenda militant

<< Sept. 2018 >>
LMMJVSD
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui1790
mod_vvisit_counterHier1895
mod_vvisit_counterCette semaine12802
mod_vvisit_counterLa semaine dernière11098
mod_vvisit_counterCe mois-ci41775
mod_vvisit_counterLe mois dernier74124
mod_vvisit_counterCumul6516011

 ,