Recherche

Calendrier des stages et AG

<< Mai 2020 >>
LMMJVSD
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Derniers articles

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui2722
mod_vvisit_counterHier3952
mod_vvisit_counterCette semaine36237
mod_vvisit_counterLa semaine dernière40686
mod_vvisit_counterCe mois-ci206811
mod_vvisit_counterLe mois dernier272736
mod_vvisit_counterCumul9383465

 , 

Communiqué contre la verbalisation des artistes samedi 6 avril
lundi 8 avril 2019


A Caen, le préfet, sur demande du maire, a décidé d'interdire les manifestations en centre ville, pour la journée du samedi 6 avril. Des effectifs importants de force de l'ordre étaient donc postés tout le long du périmètre interdit.

 

S'enfonçant toujours plus loin dans des réponses répressives à un problème politique, une colère sociale,  les forces de l'ordre ont verbalisé une douzaine d'artistes et leurs spectateurs et spectatrices samedi matin.

 

Les artistes intermittent-es appartenant à la KIC-Cip  (Koordination des Intermittentes du Calvados) ont rejoint très rapidement le mouvement des Gilets Jaunes de Caen. Ils accompagnent de leurs performances les  manifestations du samedi pour en faire un moment festif et pacifique, permettant également à toutes et tous de rejoindre ces marches hebdomadaires.

 

Mais ces artistes  ne se contentent pas d'assurer « l'ambiance ». Par leurs prises de paroles, ils et elles n'ont de cesse de dénoncer les injustices sociales, fiscales, environnementales, les réponses gouvernementales, la répression… Et c'est ce qu'ils et elles ont fait samedi matin avec leur « spectacle » le choeur de l'art mais rouge  en centre-ville, ils et elles ont chanté des chansons dénonçant le gouvernement. Mais rapidement, les forces de police sont arrivées en nombre, les ont nassé-es puis verbalisé-es, eux mais aussi leurs spectateurs et spectatrices avec des amendes de 135 euros par personne.

 

Nous dénonçons cette dérive autoritaire du pouvoir. Au- delà de l'interdiction de manifester, c'est la liberté d'expression même qui est ici en danger. Ce pouvoir va chaque semaine un peu plus loin dans la répression. Cela fait  déjà quelques années que Solidaires dénonce les différentes lois menaçant nos libertés publiques. Aujourd'hui, nous ne pouvons qu'en constater les résultats : l'entrave  de nos libertés fondamentales qui sont censées assurer la démocratie dans notre régime politique.

 

L'Union syndicale Solidaires sera aux côtés de toutes  celles et ceux qui subissent ces reculs graves et participera à toutes les actions et initiatives de soutien.

 


Télécharger le communiqué