logo SNES FSU

 

 

 

 

 

 

 

Personnels de Jules Verne : le mépris du rectorat encore et toujours!

Communiqué intersyndical

 

 

communiqué intersyndical Jules Verne 2021RENDEZ-VOUS

LUNDI 29/03


À 7H30 DEVANT LE LYCÉE

 

Une fois de plus les personnels du lycée Jules Verne ont le sentiment d’être méprisés et que l’on ne leur fait pas confiance. Ils réclament une journée de travail avec l’ensemble des personnels, administratifs, de gestion, AED, CPE, infrmières, assistante sociale, COP-psy et,  enseignant-es, tant le problème est profond. Cette journée a pour but de poser les conditions de reprise des cours, c’est-à-dire un cadre et discours unanime. : « à partir de maintenant, cela ne va plus être possible de .... ». La mesure de ce problème n’est pas entendue ou  bien le rectorat n’en prend pas conscience. Mais qu’il fasse confiance aux enseignant-es qui vivent cette situation au quotidien.


Une première demande d’une journée de travail collectif a été faite pour le vendredi 26 mars par les enseignant-es le mercredi 24 mars. Parce que depuis le lundi 22 mars, où il a été demandé de reprendre les cours dès le lendemain, il n’y a plus de communication avec le rectorat. Cette demande est acceptée sous condition, d’un accord écrit de reprise des cours par les enseignant-es lundi sans aucune garantie sur les conditions de reprise. Nous avons une proposition d’ordre du jour pour cette journée, mais sans engagement écrit de reprise de leur part. Au final, toujours un dialogue de sourd, nous avons un refus.


Vendredi matin, une délégation des personnels ont un entretien avec le proviseur par intérim. A l’issue de cet entretien, le sentiment est positif. Il doit faire part de la situation exposée par la délégation, ainsi que notre demande de cette journée au rectorat. Fin de matinée, réponse du rectorat, il est proposé deux demi journées. La première dès lundi matin, puis reprise des cours lundi après-midi. Les enseignant-es expliquent de nouveau que la journée est nécessaire avec des arguments qui semblent entendus par le proviseur, dont un qui lié au climat du lycée : si l’on informe les élèves qu’ils n’ont pas cours le matin, beaucoup d’élèves ne seront pas présents l’après-midi. Cela ne sera donc pas productif.


Le proviseur prend note et doit transmettre au rectorat. A 23h39, un mail est transmis. Revirement de situation : plus de demi journée. Il est demandé de prendre les élèves dès la première heure avec lecture d’un courrier de recadrage aux élèves rédigé par le proviseur.
Donc sans en avoir discuter avec la communauté du lycée. Alors que depuis le début de cet incident, un des discours : « nous devons travailler ensemble ». Mais de qui se moque t on ?

 

Les enseignant-es du lycée Jules Verne, ne veulent qu’une seule chose. Retrouver leurs élèves ! Mais pas dans n’importe quelles conditions. Si les élèves n’ont toujours pas repris les cours, le rectorat en est responsable. S’il avait été à l’écoute des personnels dès le lundi 22 mars, les cours auraient pu certainement reprendre dès le jeudi 25 mars. Que de temps perdu ! Serions nous dans la défiance ou la crise d’autorité ?

 


Télécharger le Communiqué