Déclaration de SUD Éducation Basse-Normandie et Solidaires

CHSCT-A
du 8 avril 2021

 

Madame la Présidente du CHSCT A,


Essoré·e·s par la crise sanitaire, épuisé·e·s par des réformes menées à fond de train, l'ensemble des personnels, tenu·e·s de mettre en place un protocole sanitaire impossible à respecter, ont dû beaucoup bricoler parce que rien n’a été anticipé. Les personnels payent au prix fort la troisième vague de Covid-19 et subissent de plein fouet la gestion très hasardeuse de l’épidémie par leur ministère. Cette crise vient s’ajouter aux coups reçus depuis quatre ans par le corps enseignant.

 

Cette semaine se termine avec un enseignement à distance mis en place encore une fois de manière chaotique et disparate sans s’assurer que les élèves et les personnels soient prêt·e·s. En effet, l’annonce a pris les usager·e·s et les personnels au dépourvu et la fracture numérique n’a pas été résorbée loin sans faux. Et pourtant, en termes de prévention, la gestion des situations d’urgence, voire de crise, devrait donner lieu à la mise en oeuvre de mesures dans des délais courts où le temps de l’analyse des situations est restreint par la nécessité d’une intervention rapide (c'est RETEX qui l'écrit). Dans cet objectif d’acquérir des expériences et de les mettre à disposition de toutes et tous, il aurait été important d’identifier les difficultés de nature diverse afin de repérer les axes de prévention et de faire ressortir les mesures concrètes de protection des agent·e·s et d'amélioration de leurs conditions de travail.Or, rien de tout ça n'a eu lieu. Au lieu d'agir, ce ministère a attendu les désastres.


Aujourd'hui, des personnels sont touchés par la covid-19 ; certain·e·s subissent les effets de ce virus mais pour autant ce covid dit "long" ne fait toujours pas partie des pathologies ouvrant droit directement à des congés longue maladie ou des congés longue durée.  Si le covid est placé dans les tableaux de maladies professionnelles pour les personnels de santé qui ont été placés en oxygénothérapie, cette reconnaissance en maladie professionnelle pour les personnels de l'éducation nationale demeure à être reconnue.


Alors madame la Présidente, dans le cadre de la pandémie du Covid-19, combien d'agent·e·s sont impacté·e·s ? Quels sont les dispositifs de prévention mis en place pour l'ensemble des personnels ? Quels sont les suivis et aménagements pour les personnels affectés ? Quelles leçons tirez-vous des événements précédents ? Quelles sont les pistes et  mesures envisagées pour la ré-ouverture des établissements au retour des vacances d'avril ? Pour être opérationnelle, la ré-ouverture des classes doit être anticipée avec les moyens adéquats. Une anticipation s'impose. Une préparation s’impose. Une réelle organisation du travail s’impose car l’amateurisme épuise. Une vaccination de l'ensemble des personnels enseignants, AESH, AED, CPE, administratifs…. s’impose comme condition sine qua none à la reprise du 26 avril puis du 3 mai !

 


Télécharger la déclaration

Télécharger les questions diverses