Communiqué de SUD Éducation Calvados et Solidaires

La publicité, le sexisme et la consommation absurde n'ont rien à faire à l'école !


Monsieur le directeur académique,


Mesdames, Messieurs chargé-es des missions scolaires,

 

Nous tenons à vous alerter sur l’entrée en force de la publicité dans les établissements scolaires.

 

En effet, nombre d’élèves du département ont reçu à l’école un album panini UEFA 2021. Cet album a été distribué aux élèves mangeant à la cantine dans plusieurs écoles.

 

Outre le fait que, de manière générale, la publicité n’a pas sa place à l’école, d’autres éléments nous alarment dans cette affaire.

 

Premièrement, ce « cadeau » n’en est pas un : en effet, d’une part son financement, logiquement, est absorbé soit par la collectivité soit par les familles, d’autre part ce cahier est un simple support, à compléter avec des images, dont l’acquisition complète revient au minimum à 150€.

 

Deuxièmement, il ne s’agit pas d’une simple publicité : c’est l’incitation à la consommation sur un thème extrêmement populaire, le football masculin, dont l’écrasante couverture médiatique conditionne les élèves et leurs familles à l’achat.

 

Troisièmement, le coût écologique très important d’un tel produit (fabrication, transport, distribution) contredit les efforts faits dans les écoles sur la sensibilisation à la protection de l’environnement, inscrite comme vous le savez dans les programmes scolaires.

 

Quatrièmement, alors que le football est un sport également pratiqué par des femmes, seuls des hommes, qui plus est dans une image stéréotypée, sont une fois encore hyper visibilisés, élevés au rang de héros nationaux.

 

Cette démarche purement commerciale met de nouveau en question la sous-traitance de la restauration scolaire à des entreprises privées. Cela ouvre ainsi à deux battants la porte des écoles à la culture de consommation avec toutes ses nuisances: injustice, sexisme et destruction de l’environnement.

 

S’il s’agit d’un « cadeau » des industries de restauration scolaire, les communautés de communes doivent leur demander des comptes.

 

Nous vous demandons, mesdames, messieurs, de bloquer la distribution de publications marchandes de cet ordre. L’école n’est pas une entreprise, l’éducation n’est pas une marchandise.



Télécharger la lettre