Communiqué de presse de SUD Éducation Calvados et Solidaires

Remplacements dans les écoles : le point de non-retour est atteint !
4 avril 2022

 

 

 

 

Depuis des années l’éducation nationale dans le Calvados supprime à tour de bras des postes d’enseignement, y compris de remplacement. Depuis plusieurs mois, avec la pandémie et en particulier depuis la vague Omicron, les absences non remplacées sont en nette augmentation : la DSDEN ne peut plus pallier l’absence d’enseignant·es, vulnérables, malades, ou dont les enfants sont malades.

 

La DSDEN, alertée à de nombreuses reprises par les syndicats, non seulement n’apporte aucune réponse, mais maintient les formations, et remplace en priorité les collègues qu’elle y convoque ! Situations invraisemblables : des classes restent sans enseignant·e pendant plusieurs jours, mais on envoie des remplaçant·es dans cette même école, dès que des collègues sont convoqué·es en formation ! Encore plus fortiche : un collègue, au cours d’un remplacement de plusieurs jours dans une classe, est envoyé dans une autre école, pour compenser une journée d’absence pour formation.

 

Ces situations génèrent des tensions importantes pour les personnels épuisés. Les directeurs et directrices jonglent avec les « moyens » ridicules à leur disposition pour gérer cette pénurie. Les élèves sont régulièrement réparti·es dans les autres classes. Mais quand plusieurs enseignant·es manquent, cette non- solution provoque des situations difficilement compatibles avec la possibilité d’enseigner ! Lundi 21, mardi 22 et jeudi 24 mars dans une école de la circonscription Caen Sud, 3 PE manquants sur 8, aucun remplacement, on arrive à une moyenne de 38 élèves par classe). Lundi 28 mars : jusqu’à 9 élèves supplémentaires par classe dans une école de Lisieux. Beaucoup d’élèves sont resté·es sans enseignant·e pendant plus d’une semaine, comme à Authie Village début mars, les représentant-es de parents ont saisi la DASEN mais n’ont obtenu aucune réponse. Les membres du CHSCT A et du CHSCT D alertent régulièrement sur ces situations, en instance, par courrier et demandent le report des formations mais pour l’administration tout se passe bien dans les établissements : « Il n’y a pas de problème ».

 

Les secrétaires chargé·es d’organiser les remplacements voient également se dégrader considérablement leurs conditions de travail : sollicité·es à longueur de journée par des directeurs et directrices qui ont besoin de pallier les absences, mais pas de moyens humains pour le faire, certain-es craquent...

 

Pour Sud Education, la DSDEN et le ministère doivent non seulement reconnaître leurs erreurs en matière de suppressions de postes, mais anticipent dès à présent les besoins de remplacement, pour les formations comme pour les congés maladie, en procédant de toute urgence à l’ouverture de postes, y compris de remplacement, pour la rentrée prochaine.

 

 


Télécharger le communiqué


Recherche

Faits marquants en image

A suivre

  • Chut n°2

  • Chut n°3 bis

  • Chut n°3

  • Chut n°4

  • Chut n°5

prev next

En ligne actuellement

Nous avons 47 invités en ligne