Communiqué de presse

Quatre collégiens éjectés du Calvados

 

 

 

Jeudi 28 septembre au matin, les personnels du collège Roger Bellair ont appris de la direction de l'établissement que quatre élèves avaient sans délai dû quitter le collège.

Ces quatre mineurs non accompagnés scolarisés en classes de sixième, cinquième et troisième depuis la rentrée 2023 vivaient jusqu’à la semaine dernière en hébergement institutionnel à Clécy.

Mardi 26 septembre , certains de ces élèves étaient arrivés au collège visiblement inquiets: leurs éducateurs leur avaient appris qu’ils allaient devoir quitter l'établissement. Aucune information allant dans ce sens n’avait été communiquée ni à la direction du collège, ni aux équipes pédagogiques. Ainsi, les membres du personnels de Roger Bellair, cherchant à tranquilliser ces enfants, leur ont assuré que le collège leur serait ouvert pour le reste de l’année scolaire.

Mardi soir, de retour dans leur foyer, ces quatre élèves ont été reçus par des personnes se présentant comme des fonctionnaires qui leur ont dit qu’ils avaient une heure pour faire leurs bagages et partir.

À ce jour, le nom de la personne ou de l’organisme décisionnaire et le motif de cette décision ne sont pas connus. Contactée par Sud Éducation, l’ASE Calvados a indiqué que le foyer situé sur la commune de Clécy n’était pas agréé pour recevoir des jeunes, et que c'était par mesure de protection que ces derniers avaient été renvoyés dans leurs départements d’origine.

Choqués et en colère, les personnels du collège Roger Bellair n’ont aucune nouvelle des quatre élèves depuis une semaine. Ils dénoncent l' opacité de cette situation et l'absence d’information du collège et de ses équipes.

Sud Éducation 14 se joint aux personnels du collège Roger Bellair pour exiger des éclaircissements sur cette situation dramatique. Nous réclamons des réponses!

- POURQUOI , à leur arrivée dans le Calvados, les quatre mineurs non-accompagnés ont-ils été hébergés illégalement dans une structure non agréée ?

- QUI les a sommés de rentrer dans leurs départements d’origine ? POURQUOI?

- POURQUOI les personnels et le collège Roger Bellair n’ ont-t-ils à aucun moment été prévenus de leur départ ?

La scolarité de quatre enfants qui se sentaient à l’aise dans leur collège a été mise en suspens brutalement et arbitrairement. Quid de la confiance dans la parole de l’adulte, et dans celle de l’institution? Des collégiens peuvent-ils être considérés comme des numéros ?

Sud Éducation dénonce une situation de violence administrative à l’encontre de quatre jeunes, déjà fragilisés par leur parcours de vie, victimes de graves dysfonctionnements institutionnels. Notre syndicat est persuadé que le maintien de ces quatre élèves au collège Roger Bellair aurait été favorable à la poursuite de leur cursus scolaire.

Caen, vendredi 6 octobre 2023

 


Télécharger le communiqué


Recherche

Faits marquants en image

En ligne actuellement

Nous avons 34 invités en ligne