Déclaration de SUD Éducation Calvados et Solidaires

Violences hiérarchiques et petits arrangements :
lutter contre ces maux qui minent la démocratie et l’égalité à l’Université

 

 

 

 

Organisation atypique de la Fonction Publique d’État, l’Université en France est régie selon le principe de collégialité, c’est-à-dire du gouvernement par les pairs des activités pédagogiques et scientifiques. Cette spécificité tend à être remise en cause par les processus de centralisation et de managérialisation ayant suivi l’adoption de la mal nommée loi d’« autonomie » des Universités en 2007, concentrant le pouvoir de décision dans les mains de l’équipe dirigeante (et de son Président) et réduisant les capacités de délibération des composantes.

 

En dépit de ce virage vers une Université entrepreneuriale et managériale, nombre de collègues sont attaché.es à leur collectif de travail local et essaient de faire vivre au quotidien la démocratie dans l’organisation de leurs activités. Cela dit, la défense légitime de l’autonomie des composantes ne doit pas consister à fantasmer un retour nostalgique à un passé enchanté – qui n’a du reste jamais existé – ni à occulter les pratiques détestables actuelles qui alimentent précisément les discours contre la collégialité.

 

Au premier rang de ces relations de travail délétères figurent les brimades voire les violences hiérarchiques, s’appuyant sur les différenciations statutaires, entre enseignant.es (chercheur.es) et agent.es BIATSS, mais aussi entre titulaires et précaires, relations qui confinent parfois à la servitude et au mépris.

 


Télécharger l'intégralité du communiqué



Communiqué de SUD Éducation Calvados et Solidaires

Vers un état des lieux des restructurations à l'Université de Caen Normandie ?

 

 

 

 

Enjeu de la campagne électorale lors du renouvellement des conseils centraux de 2020, la fusion des universités normandes a été pour un temps abandonnée après la défaite de son principal promoteur. Rapprochement qui aurait assurément bouleversé l’organisation des universités, ce projet s’insérait dans un processus plus large de restructuration interne des composantes. Conformément aux objectifs fixés par les précédentes équipes dirigeantes, il s’agissait de « moderniser la gouvernance » de l’établissement et de faciliter le « pilotage stratégique » des composantes par l’administration et la direction centrales. Durant plus d’une décennie, on a ainsi vu fleurir des réorganisations de services centraux, de services communs, mais aussi d’UFR et d’IUT.

 

Si ces regroupements ont permis de simplifier les dialogues de gestion pour la direction, ils ont eu pour conséquences de décentraliser partiellement le rapport de force et d’internaliser la concurrence pour les ouvertures de postes au sein des composantes. Ainsi, les départements doivent désormais s’accorder au préalable sur un classement des besoins à faire remonter à la direction, accentuant les tensions entre collègues. Les fusions ont par ailleurs développé la bureaucratisation des composantes en alourdissant les procédures de délibération et en éloignant les lieux de décision des collectifs de travail. Exemple caricatural, car rassemblant des sites distants, l’IUT Grand Ouest Normandie (GON) montre une architecture institutionnelle bien peu démocratique, et extrêmement chronophage pour les responsables de département et de pôle. Les restructurations internes à l’établissement ont été aussi l’occasion d’accentuer la tendance à la mutualisation de l’administration de composantes, manière euphémisée de désigner la réduction des effectifs du personnel. La progressive disparition des scolarités de département dans les UFR fusionnées tend à laisser la place à des pôles administratifs transversaux aux missions élargies avec des moyens réduits. Une réorganisation qui a des implications désastreuses sur le métier des gestionnaires, mais aussi sur le service de proximité rendu aux usager.es.

 


Télécharger l'intégralité du communiqué


Plus d'articles...