Communiqué de SUD Éducation Calvados et Solidaires

Rentrée à l’Université de Caen : tout va bien !

Vague disciplinaire, surcharge de travail, réorganisation chaotique, suppression des sites distants


En cette rentrée marquée par les mesures antisociales annoncées par le gouvernement, à l’Université de Caen Normandie, les sujets de mécontentements ne manquent pas non plus ! La baisse des effectifs du personnel dans un contexte d’augmentation du nombre d’étudiant.e.s et de restructuration institutionnelle permanente continuent de produire leurs effets délétères sur les conditions de travail et d’étude.


À l’UFR des STAPS, qui avait connu une large mobilisation l’année dernière, l’ambiance ne semble pas s’être arrangée. D’autant plus qu’avant l’été, les deux étudiants boucs émissaires ont été reconnus coupables de « troubles au bon fonctionnement de l’établissement », la section disciplinaire les condamnant à 3 mois d’exclusion avec sursis. De plus, l’enquête administrative lancée par le Président en juillet, aux contours assez flous mais semblant viser principalement les enseignant.e.s, n’a toujours pas rendu son rapport. Dans cette vague disciplinaire, le personnel BIATSS n’a quant à lui pas été en reste : tout.e.s les agent.e.s ont dû quitter « volontairement » l’UFR (à l’exception de la hiérarchie, bien évidemment) pour être affecté.e.s dans d’autres composantes de l’université ou dans l’Éducation Nationale. Ce serrage de vis et ce coup de balai ne semblent pas avoir atteint les objectifs escomptés. Les dysfonctionnements dans l’organisation des cours perdurent sans que cela ne paraisse émouvoir l’équipe de direction de l’UFR ou de l’Université.

 


Télécharger l'intégralité du communiqué



Communiqué de SUD Éducation Calvados et Solidaires

Signalement et vigilance Bizutage Université de Caen Normandie

 

En cette rentrée universitaire, SUD Éducation Calvados porte à votre connaissance plusieurs signalements de bizutage ayant cours à l’UFR Santé qui nous ont été rapportés au cours de l’année dernière.


D’après ces témoignages, un bizutage serait organisé annuellement par la corporation des étudiant.e.s de médecine de Caen, particulièrement auprès des étudiants et étudiantes de deuxième année. Par le biais d’un « groupe privé » Facebook créé chaque année en septembre-octobre pour cette promotion, la corporation envoie une liste de 60 actions appelées « commandements » que des groupes doivent réaliser et filmer pour recevoir des « points » (voir les listes de « commandements » de l’année 2015-2016 et 2016-2017 en pièce jointe). En plus d’appeler explicitement les étudiant.e.s des « bizuths » (alors que le bizutage est illégal) et d’être basés sur de l’humiliation, souvent à caractère sexiste et homophobe, plusieurs de ces gages sont des incitations à faire des actes illégaux, allant de l’exhibitionnisme à faire des attouchements sexuels à des inconnu.e.s, ou encore tourner un film pornographique (faire un « Jacquie et Michel »). Ces pratiques ont cours tous les ans, malgré le renouvellement de l‘équipe d’organisation.


D’autres moments de l’année universitaire sont aussi l’occasion de bizutage (notamment par l’incitation à consommer de grandes quantités d’alcool, « jeux » humiliants à caractère sexuel). Des vidéos vantant ces pratiques sont régulièrement mises en ligne par la corporation des étudiant.e.s de médecine et sont consultables à ce jour.

 


Télécharger l'intégralité du communiqué