Fédération des syndicats
SUD Education

AED - AVS : refus d’indemnisation chômage
dans l'Education Nationale
Les droits des précaires toujours plus bafoués !

 

Beaucoup d’employeurs du secteur public ont leur propre système d’assurance chômage : les cotisations des salarié-e-s sont directement perçues par l’employeur, qui indemnisera ensuite lui-même la personne qu’il n’emploie plus. C'est le cas dans notre département pour la Direction des services départementaux de l'Education Nationale (DSDEN) qui emploie des AVS pour notamment encadrer dans les établissements scolaires des enfants en situation de handicap. Avant la fin du contrat une proposition de renouvellement est adressée au/à la salarié-e. Si le/la salarié-e la refuse, la DSDEN considère alors que les conditions nécessaires pour l’ouverture des droits ne sont pas remplies.


Le refus de renouvellement est en quelque sorte assimilé à une démission.


Nombreux/ses sont les précaires spolié-e-s par ce dispositif : acceptant pour quelques mois un emploi qui peut ne pas correspondre à leur niveau de formation, leur domaine d’activité, sous payé de surcroît, en pensant que la fin du contrat leur ouvrira des droits à indemnisation leur permettant de chercher un emploi plus adapté ou accéder à une formation, ils/elles se retrouvent alors sans indemnisation.

Lire la suite...


Chômage, précarité, licenciements :
Les capitalistes nous coûtent cher !


Sommaire :

  • Le coût du capital, voilà le problème
  • L’impunité des multinationales
  • Pour une approche globale des licenciements
  • Le poids des grands groupes
  • La boîte noire du chômage
  • Conférence sociale, où sont les femmes ?
  • Emplois publics toujours sacrifiés
  • Compétitivité, le puits sans fond
  • Les propositions de Solidaires

Télécharger le communiqué


Sale temps pour les chômeurs
Menaces pour tous les salariés

 

 

 

« Il va falloir faire des contrôles plus précis et plus exigeants pour les chômeurs. C'est un problème de justice sociale envers les salariés et les ouvriers qui travaillent dur que de s'assurer que celui qui est au chômage et qui a des allocations grâce à la solidarité nationale fera tous ses efforts pour accepter une offre d'emploi, pour accepter une formation pour s'en sortir » ( N. Sarkozy, le 7 avril 2011).

Une fois de plus, le président de la République tente de dresser une partie de la population contre une autre : ceux qui travaillent dur et, ceux qui se la couleraient douce en vivant aux crochets des premiers. Mensonge ! Les allocations de chômage ne relèvent pas de la solidarité nationale ! Ce sont des droits acquis par les salariés, par leurs cotisations .

Lire la suite...

Recherche

Faits marquants en image

A suivre

  • Chut n°2

  • Chut n°3 bis

  • Chut n°3

  • Chut n°4

  • Chut n°5

prev next

En ligne actuellement

Nous avons 45 invités en ligne