Les retraités et les retraitées acceptent mal qu’on les emmerde.
Après le 3 octobre, illes seront dans la rue les 9 et 18 octobre.

 

Le Président de la République lui‐même, semblant s’adresser aux membres du gouvernement qui voulaient réformer les droits de succession, se serait écrié « Mais, cessez d’emmerder les retraités ». Ces derniers constatent que leurs « ennuis » les plus récents ont commencé avec la présidence Hollande et le gel des pensions à compter de 2014. Ceci a été poursuivi avec la présidence Macron qui y a ajouté une augmentation de la CSG de 25 % à compter du 1er janvier 2018. Et ce même président a annoncé une « augmentation » des pensions de 0,3 % en 2019 et 2020 (avec une inflation annuelle attendue d’environ 2,5 %). Le résultat de ces politiques est que la plupart des personnes retraitées auront, en 2020, une perte de pouvoir d’achat annuel d’environ un mois par rapport à 2013. Pendant le même temps, il est devenu banal de dire que les riches sont de plus en plus riches. Et que ceci continue avec de nouvelles baisses ou suppressions d’impôts et de cotisations sociales pour les grosses sociétés et pour les titulaires de portefeuilles boursiers.

 

Lire la suite...


Retraites à points:

ni universel, ni juste, ni solidaires

 

« Nous n’aurons pas de retraite » ?


C’est le sentiment de nombre de nos collègues de travail et encore plus parmi les jeunes.
Le système de retraite a été détourné de ses objectifs initiaux qui étaient d’assurer la continuité du niveau de vie pour les personnes quittant la vie active. Alors bien sûr, l’avenir est incertain mais tant qu’il y aura des cotisations sociales, il y aura des retraites, c’est le principe de notre système de retraite dit « par répartition » : toutes les cotisations sociales retraite versées dans l’année servent à payer les pensions de cette année en cours.


La vraie question aujourd’hui c’est : quel montant de retraite ? Pour les plus jeunes, il faudrait prendre en compte les années d’études et, pour tout le monde, toutes les périodes de précarité et de chômage.

 

Lire la suite...


Retraites :

ce qu’universel ne signifie pas !

 

Le gouvernement annonce à grand renfort de publicité une consultation participative sur la réforme des retraites Il entend changer complètement le système pour mettre en place un système « universel ».

 

 

Cet « universel » ne veut pas dire égal ou équitable

 

Dire que pour un euro, on aura la même valeur de retraite c’est passer outre le fait que certain-es gagnent beaucoup d’euros et d’autres beaucoup moins. C’est passer sur le fait que les femmes, les précaires, ceux et celles qui ont connu des périodes de chômage ou qui ont dû travailler de façon non-déclarée... auront aussi moins d’euros.

 

 

Cet « universel » ne veut pas dire juste

 

Dans un des systèmes que le gouvernement veut mettre en place, l’espérance de vie moyenne de la génération entrerait en ligne de compte. Mais cette espérance de vie moyenne n'est pas la même quand on est cadre supérieur ou quand on est ouvrier-e dans l’industrie ou le bâtiment ou dans des professions soumises à la pénibilité (reconnue ou non). Les 5 % les plus riches toucheront leur retraite pendant 13 ans de plus que les 5 % les plus pauvres, selon l’Insee !

 

Lire la suite...

Recherche

Faits marquants en image

En ligne actuellement

Nous avons 75 invités en ligne