Communiqué de SUD Éducation Calvados et Solidaires

Enfin un CHSCT extraordinaire pour
une enquête à Malherbe !

 

 

 

 

Après la demande de ses membres, un CHSCT A extraordinaire a pu enfin avoir lieu mercredi 21 septembre suite à l’agression d’une collègue survenue au lycée Malherbe de Caen. Pour rappel, cet accident grave s’est produit le mardi 13 septembre soit il y a plus d’une semaine. La mise en place de cette réunion a été bien tardive, dans le privé, un CHSCT extraordinaire à l’initiative de l’employeur aurait eu lieu dans les 24 heures ! Pour le rectorat, la sécurité des personnels est d’une moins grande importance dans le public : les représentant·es du personnel du CHSCTA ont dû faire le forcing pour l’obtenir !

 

Lors de la réunion d’hier, la tenue ou non d’une enquête a été soumise au vote. Résultat : 4 pour et 2 contre. Grâce aux voix favorables de Sud Éducation et de la FSU, les membres du CHSCT A pourront mener une enquête au lycée Malherbe. Cette enquête a pour but de prévenir tout accident semblable, d'éviter que cette situation ne se reproduise et d'améliorer la mise en sécurité et les conditions de travail de l'ensemble des personnels ainsi que celles des élèves et usager·ères.

 

Des outils existent pour vous protéger et agir dans ce genre de situation :

  • le RSST (Registre Santé et Sécurité au Travail) est rempli pour faire constater ce qui pourrait entraver à la santé ou à la sécurité (psychologique ou physique) au sein ou aux abords de l'établissement,
  • le droit de retrait pour se retirer de la situation de travail dangereuse,
  • le droit d’alerte existe pour informer la hiérarchie que l’on se sent en insécurité,
  • le danger grave et imminent s’exerce lorsqu’on a un motif raisonnable de penser que notre personne est en danger physique et/ou mental.

Télécharger le communiqué



Communiqué de SUD Éducation Calvados

Non à la fermeture

du collège du Val de Vire

 

 

 

Le calendrierLa décision du Conseil Départemental de fermer le collège du Val de Vire est tombée par voie de presse dans la soirée du jeudi 8 septembre. Les 250 élèves de ce collège devront dès la rentrée prochaine suivre leur scolarité au collège Maupas qui compte déjà 500 élèves.

 

Le lendemain de l’annonce, les professeur·es du Maupas en grève ont rejoint les personnels et usager·ères très mobilisé·es du Val. Cette décision de fermer un service public de proximité impacte toutes les équipes et les élèves mais aussi le quartier d’implantation du collège. La mobilisation contre cette fermeture est très forte, tant du côté des collègues d’autres collèges du département, que de la part des commerçant·es et salarié·es du quartier, et même par certain·es élu·es de la municipalité de Vire, y compris dans la majorité et contre l’avis du maire.

 

Les fermetures passées de collèges dans le Calvados montrent les conséquences désastreuses sur les établissements qui accueillent les élèves. Dernièrement, ce fut le cas au collège de Mondeville suite à la fermeture de celui de Colombelles. Les lieux restent inadaptés à un si grand nombre d’élèves, les effectifs de classes explosent, compliquant ainsi l’enseignement et le suivi pédagogique. À part quelques économies pour le département, aucune fermeture n’a entraîné de retombées positives : celle du Val de Vire ne fera pas exception.

 

Cette fermeture d’un établissement public est une nouvelle preuve de la volonté politique de casser l’école publique. Le collège privé de Vire se frotte déjà sûrement les mains de cette annonce.

 

Sud Éducation Calvados apporte son soutien au personnel et aux usager·ères du collège du Val de Vire opposé·es à sa fermeture, soutiendra toutes les actions menées et les relaiera sur son site !

 


Télécharger le communiqué

Télécharger le calendrier


Recherche

Faits marquants en image

A suivre

  • Chut n°2

  • Chut n°3 bis

  • Chut n°3

  • Chut n°4

  • Chut n°5

prev next

En ligne actuellement

Nous avons 81 invités en ligne