Communiqué de SUD Éducation Calvados et Solidaires

Les AESH1 ,  ATSEM2 ou les membres du RASED3
ne sont pas des surveillant·es


communiqué de SUD Education et Solidaires Calvados - Les AESH, ATSEM ou membres du RASED ne sont pas des surveillant-es-mai 2021Le ministère de l'Éducation nationale prouve une nouvelle fois son impréparation totale à la sortie de ce troisième confinement.


Les quelques renforts du protocole consistent à fermer une classe dès le premier cas de Covid confirmé ainsi qu’à limiter davantage le brassage des élèves.
Ainsi en cas d'absence d'un personnel enseignant: "Les élèves seront placé·es sous la surveillance d'un·e adulte tiers". On notera au passage l’hypocrisie de la formule utilisée : « suspension de classe ».
Cela doit paraître beau sur un papier déposé sur le bureau d'un cabinet ministériel mais dans la réalité de nos établissements sans personnels supplémentaires, c'est totalement infaisable.
Qui va prendre en charge les élèves que les parents ne viendront pas chercher?

  • Un membre du RASED? Il n'en reste que 20 pour toutes les écoles du Calvados.
  • Un·e ATSEM?
  • Un·e AESH?


Ce n'est pas dans leurs missions de surveiller seul·es une classe sur temps scolaire. De plus, que deviennent les élèves dont ces personnels s'occupent? Que ce soit 25 petit·es ou des enfants à besoin particulier, l'enseignant·e doit-iel réussir à les prendre en charge sans aide?

La DSDEN4 du Calvados demande aux professeur·es des écoles de se désigner responsable d’un groupe qui serait hors de leur de leur champ de vision à moins de se dédoubler! Les personnels enseignants se retrouvent encore à organiser des scénarios injouables pour faire entrer des carrés dans des ronds.

Bref, c'est encore le mépris des personnels qui règne pour préserver la communication du "Tout va bien" du ministère!

Pour faire face aux aléas, il faut des moyens humains !

• recrutement massif de titulaires depuis les listes complémentaires des candidats au concours 2020.
• mutations provisoires de tous les conseillers, conseillères pédagogiques, inspectrices et inspecteurs de l’éducation nationale vers des postes d’enseignement.

Nous appelons les équipes à s’opposer collectivement aux demandes de la hiérarchie. Ne laissons pas les AESH, ATSEM ou membres du RASED s’opposer individuellement à des injonctions irresponsables et méprisantes de leurs fonctions.

1 AESH : Accompagnant·e des Elèves en Situation de Handicap
2 ATSEM : Agent·e territorial·e des Services de l’Ecole Maternelle
3 RASED : Réseau d’Aide Scolaire aux Enfants en Difficulté
4 DSDEN : Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale


Télécharger la déclaration



Communiqué de SUD Éducation Calvados et Solidaires

Lycée pro Jules Verne:

La rectrice reçoit, la rectrice ne perçoit, la rectrice ne conçoit, la rectrice déçoit !

 

Depuis que les coups de feu ont retenti près du LPO Jules Verne de Mondeville, l’indifférence de la plus haute hiérarchie a coulé sous les ponts du cynisme le plus vil :

 

Un danger grave et imminent reconnu et par l’administration et par un membre du CHSCT A mais dont l’enquête a été balayée d’un revers de main par la rectrice ;

 

• Des préconisations non prises en compte dans les plus brefs délais qui ont conduit les personnels à se mobiliser et à travailler sur les conditions d’un retour au travail dans la sérénité ;

 

Des audiences suppliées par les personnels mais accordées au compte-goutte laissant pourrir la situation et un retour au travail dans des conditions de travail dignes.

 

A chaque fois qu’une délégation a été reçue en audience, cette dernière a été obtenue de haute lutte sous la pression des actions des personnels. Malgré tout la rectrice, présidente du CHSCT A, n’a jamais daigné être présente. Son absence a fortement empêché le déblocage de moyens tant humains que matériels pour améliorer les conditions de travail. En effet, lors des trois audiences, la réponse a été « il faut qu’on voie avec la rectrice » pour la prise de décisions. Quand il s’agit de danser lors d’un concert ou d’être photographiée avec le président de région devant l’Educlab ou la e-Classe la plus haute autorité du rectorat est présente dans les locaux. Un DGI ne doit pas être un spectacle ou une manifestation assez digne pour faire acte de présence.

 

Au-delà du dialogue de sourds, qui soit dit en passant , satisfait l’administration du rectorat et la DSDEN du Calvados, c’est le mépris et le cynisme de la rectrice qui mine les personnels et les élèves du LPO Jules Verne en particulier et de l’académie en général.

 

Or, Madame la rectrice, présidente de surcroît du CSHCT A,

vous avez une obligation de résultat de sécurité que vous ne respectez pas en générant des risques psycho-sociaux.

 

Mesdames et messieurs de l’administration du rectorat et de la DSDEN du Calvados ne plagiez pas les vaches normandes qui regardent les trains passer, agissez dans l’intérêt de la santé mentale et physique des personnels à votre charge, à moins que votre objectif ultime inavoué soit la destruction du service publique d’éducation au profit du privé !

 


Télécharger la déclaration