Recherche

Agenda militant

<< Sept. 2019 >>
LMMJVSD
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30

Faits marquants en image

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui342
mod_vvisit_counterHier2821
mod_vvisit_counterCette semaine342
mod_vvisit_counterLa semaine dernière25796
mod_vvisit_counterCe mois-ci107004
mod_vvisit_counterLe mois dernier117195
mod_vvisit_counterCumul7651596

 , 


Travailler plus pour coûter moins ?
Carton rouge pour le ministère !

Juin 2019

 

 

1ère action : feinte de corps pour 2 HSA

 

Le 11 avril, à coups de décret (n° 2019-309 du 11 avril 2019) et à coups de bâtons rompus, le MEN entérine l'obligation d'accepter une deuxième HSA.  C'est sa prétendue réponse aux demandes d'augmentation de salaire. Pour nous, cela n'est en aucun cas une augmentation de salaire et ça sert surtout  à compenser les 2000 suppressions de postes. Or, ce dont nous avons besoin dans nos établissements scolaires, c'est de plus d’adultes pour mieux  encadrer les élèves, premières victimes d'une société de plus en plus brutale, de plus en plus inégalitaire ; c’est d’alléger les effectifs dans les classes  pour mieux suivre les élèves et diminuer notre temps devant élève afin de libérer du temps pour du travail en équipe, plus à même d'apporter une  réponse à la hauteur des enjeux de notre société !

 

2ème action : petit pont sur la formation

 

Le 12 juin, lors du Comité Technique Ministériel, c'est l'annonce d'un projet de décret pour imposer la formation obligatoire sur le temps de vacances :    c'est une pure réquisition à hauteur de 5 jours par an, pendant les périodes de vacances scolaires ; en réalité, il s'agitd'éviter les absences de professeurs sur le temps de classe puisque l'EN refuse d'accorder des moyens pour remplacer les enseignant-es absent-es. C'est une augmentation du  temps de travail à rebours de tout ce qu'il faudrait faire pour améliorer les conditions de travail et donc les conditions d'enseignement pour les élèves.

 

 

3ème action : tacle final sur l'annualisation

 

Le 26 juin, repoussé lors de l'examen de la Loi Blanquer, l'amendement concernant l'annualisation du temps de travail des enseignant-es a été adopté   u Sénat ; ou comment revenir sur le terrain quand on vient d’être expulsé ! En réalité, la loi Blanquer permet d'expérimenter l'annualisation : c’est une attaque rapide pour mieux enfoncer la ligne de défense de nos statuts. Mais concrètement, quelles en sont les conséquences ? Toutes les heures non   réalisées devant élèves seront décomptées : lorsque les élèves sont en sortie, au mois de juin, lors des formations, des convocations… et lors des jours  fériés ! Et seront rattrapées au cours de l'année : autant dire qu'il n'y aura même plus besoin de payer les heures supp, nous les devrons à   l'administration !


Alors que nous constatons toutes et tous que nos conditions de travail s'aggravent ,
que nous ne pouvons plus encadrer et suivre les élèves de manière satisfaisante ;

ce qu'on veut nous imposer, c'est de travailler encore davantage !
L'institution ne veut pas mettre les moyens à la hauteur des enjeux ?
A nous de fixer la défense !
Non à la politique d'austérité en faveur des joueurs déjà les mieux placés !
Nous sommes toujours au service de l'intérêt général !



Télécharger le communiqué



L’euthanasie : une alternative à la reconversion selon la DRH de Montpellier !

juin 2019

 

L’ancien PDG de France Télécom, Didier Lombard, voulait voir les personnels « sortir par la porte ou par la fenêtre », pour réduire les effectifs  de ce service public. Ferait-il des émules dans les rectorats?


Le 21 février dernier, le rectorat de Montpellier convoque une cinquantaine de professeur-es de gestion-administration, dont la réforme du lycée professionnel supprime les postes.   A l’ordre du jour : leur avenir et les reconversions possibles. A la question d’une collègue sur  les alternatives possibles si les propositions de reconversions ne leur convenaient pas, la DRH ose rétorquer : "Je vais me permettre une réponse avec de l'humour, pensez à l'euthanasie".


Eh oui…la DRH du rectorat de Montpellier, anciennement en poste dans l’Académie de Caen, croit faire de l’humour….
Ce que cette personne,  pas vraiment connue pour son irrésistible sens de l’humour, croit pouvoir autoriser révèle surtout l’état d’esprit  qui règne  dans la Fonction Publique. Les promesses présidentielles  de supprimer 120 000 fonctionnaires et de réformer l’Education Nationale visent surtout à se débarrasser d’un certain nombre de titulaires. Pour rappel, la réforme de la Fonction Publique envisage le recours accru à l’embauche sous contrat, l’incitation aux départs volontaires…


En  proférant au lycée Jean Moulin de Béziers, où cette réunion avait lieu, cette « blague » au goût détestable,  Mme Masneuf nie la souffrance au travail des personnels de l’Education Nationale : au lycée Jean Moulin de Béziers, depuis 2012, 6 collègues ont mis fin à leurs jours.


Nous dénonçons le cynisme de la hiérarchie  qui marque tout son mépris envers nous.
Avec la réforme du Bac Pro en 3 ans de 2010, les professeur-es de GA ont déjà perdu leur qualification. La réforme en cours les achève bel et bien…
Rappelons que dans l’académie de Caen, ces reconversions concerneront  une vingtaine de collègues de cette discipline.


SUD Education 14 demande :


-    le retrait des réformes des lycées et du baccalauréat ;
-    le retrait de la loi Blanquer et du projet de loi « Fonction publique » ;
-    des créations et non des suppressions de postes.



Télécharger le communiqué