Recherche

Agenda militant

<< Févr. 2018 >>
LMMJVSD
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728

Profession de foi élections 2018

Faits marquants en image

URGENCE POUR LES STAGIAIRES !
ABROGATION DE LA REFORME DE LA MASTERISATION !

SUD Education dénonce le scandale des nouvelles conditions d'entrée dans le métier de professeur, tant dans le 1er degré que dans le 2nd, scandale induit par la réforme de la formation des maîtres dite « masterisation ».


SUD Education soutient totalement la mobilisation entamée dès le mois d'octobre dernier par des collectifs de stagiaires, notamment dans les académies de Créteil, Paris, Versailles, Rennes, Grenoble, Orléans... A Créteil, des stagiaires du 2nd degré ont fondé le collectif « Stagiaire impossible ». Ce mouvement est en train de se structurer avec des représentants dans toutes les académies.


SUD Education soutient cette organisation du mouvement par les stagiaires eux-mêmes. Avec le collectif « stagiaire impossible », nous demandons dans le 1er degré comme dans le 2nd des mesures d'urgence avec comme objectif final l'abandon de la masterisation :

Lire la suite...

Contre les plans d’austérité,
mobilisation en Europe !

 

L’augmentation de la dette publique et des déficits publics est aujourd’hui le prétexte pris par les gouvernements, les institutions européennes et le Front Monétaire International (FMI) pour imposer une cure d’austérité drastique aux populations européennes. Remise en cause du droit du travail, attaques frontales contre la protection sociale, baisse des salaires, privatisation des services publics…se retrouvent à des degrés divers partout en Europe. C’est les peuples qui font ainsi les frais de la crise financière et de la réces- sion qui n’ont pu être contenu que grâce à l’intervention des Etats, cette intervention ayant entraîné l’explosion des déficits budgétaires et le gonflement des dettes publiques. Dans la zone euro le déficit public n’était que de 0,6 % du PIB en 2007. Il est passé à 6,3 % du PIB en 2009, le déficit budgétaire de la France évoluant dans la même période de 2,7 % à 7,5 %.

Pire, les gouvernements et les institutions européennes sont en train de mettre en place un dispositif institutionnel pour installer une austérité permanente. La Commission européenne propose un « Pacte pour l’euro» visant à instaurer un système de sanctions financières pour les pays qui ne diminueraient pas leur dette à une vitesse prédéterminée à l’avance. Une procédure de surveillance des budgets des Etats appelée « semestre européen » vise à faire de la Commission l’arbitre des politiques budgétaires nationales. C’est ainsi une instance technocratique non élue qui se substitue, de fait, aux parlements nationaux. Loin d’être une avancée vers la construction d’une Europe démocratique, une telle procédure, qui laisse de côté le Parlement européen, exclut les politiques économiques du débat démocratique. Les gouvernements veulent modifier en catimini le Traité de Lisbonne pour y intégrer ces nouvelles dispositions.

Lire la suite...