Recherche

Agenda militant

<< Nov. 2018 >>
LMMJVSD
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930

Profession de foi élections 2018

Faits marquants en image

Dépassements d’honoraires :
Les encadrer ne suffit pas, il faut les supprimer.

 

A  la  veille  des  discussions  entre  la  Caisse  nationale  d’assurance  maladie  et  les  syndicats  de médecins  libéraux  sur  la  question  des  dépassements   d’honoraires,   Madame  Marisol  Touraine, Ministre   de   la   santé,   affichait   une   grande   détermination   pour   dénoncer   les   dépassements d’honoraires abusifs et pour en souligner les conséquences néfastes pour les patients.
Elle  dénonçait  l’impossibilité  pour  trop  de  personnes  de  se  soigner  compte  tenu  de  l’augmentation  conséquente d’un nombre de médecins conventionnés pratiquant des dépassements d’honoraires.



L’accord conclu le 23 octobre entérine les dépassements pouvant aller jusqu’à 2,5 fois le tarif  de la Sécurité  sociale  (soit  70€  au  lieu  de  28€  en  secteur  1).  Il  reste  très  flou  pour  fixer  les  critères d’appréciation d’une pratique tarifaire excessive, c’est-­à-­dire au-­delà du plafond fixé.
L’éventualité de « sanctions » pour les médecins pratiquant des dépassements  reconnus abusifs est donc  très  aléatoire.  C’était  pourtant  une  promesse  forte  du  candidat  Hollande  « d’encadrer  les dépassements  d’honoraires ».  En  fait,  les  dépassements   « abusifs »  ne  font  l’objet  d’aucune interdiction et il n’est prévu aucun véritable système pour les sanctionner. 
C’est une nouvelle usine à gaz qui va venir s’ajouter à la jungle des tarifs actuels. Par ailleurs n’y a­‐t-­il  pas un risque de voir augmenter le montant des dépassements d’honoraires ?

 

Lire la suite...

Pas de refondation de l'école sans les RASED

 

Pas de refondation de l'école sans les RASED !

 

Alors même qu'il se donne pour objectif « la réussite pour tous », le rapport présenté à l'issue de la concertation pour la refondation de l'école ne dit pas un mot sur les RASED.


Pourtant, de nombreux intervenants (organisations syndicales, associations professionnelles, associations de parents...) ont insisté, lors des débats, sur la nécessité de rétablir ces dispositifs d'aides spécialisées capables de prévenir, identifier les difficultés scolaires et y remédier.


Plusieurs rapports et enquêtes ont même souligné, ces dernières années, l'incohérence de l'action publique affirmant lutter contre l'échec scolaire tout en détruisant un nombre massif de postes, et remettant en cause l'action des professionnels et le travail des Réseaux.
A cette rentrée 2012/2013, ce sont ainsi plus de 250 000 élèves en difficulté qui ne peuvent plus bénéficier d’une aide spécialisée adaptée.

Lire la suite...