Recherche

Agenda militant

<< Nov. 2019 >>
LMMJVSD
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Faits marquants en image

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui3176
mod_vvisit_counterHier5656
mod_vvisit_counterCette semaine8832
mod_vvisit_counterLa semaine dernière38177
mod_vvisit_counterCe mois-ci62204
mod_vvisit_counterLe mois dernier119561
mod_vvisit_counterCumul7864959

 , 


Macron écrit aux français-es...

Pour que rien ne change dans la politique du gouvernement

 

Pour le « débat national », Macron met une condition : N’accepter aucune forme de violence, en considérant que la France est une nation des plus fraternelles et des plus égalitaires.

 

Or, l’accroissement des inégalités subies par un nombre toujours plus grand de personnes est une violence chronique, autrement plus grande et au cœur de la crise sociale et écologique.

 

Macron rappelle sa détermination à mettre en œuvre son projet alors que celui-ci est à l’origine de la crise sociale et démocratique actuelle. Dans ses vœux pour 2019, il a d’ailleurs insisté sur ses prochaines priorités : les retraites, l’assurance chômage…

 

Les mesures fiscales mises en œuvre privilégient les plus riches et confortent les politiques menées depuis de nombreuses années en direction des grandes entreprises : casse des droits des travailleurs.euses, sanctions accrues contre les chômeur.euses, transfert des cotisations sociales vers le budget de l’Etat, facilité pour distribuer des dividendes aux actionnaires au détriment des salaires…

 

Lire la suite...


Deuxième heure supplémentaire imposée aux personnels :

pour SUD éducation, c’est non !

 

Le ministre Blanquer a annoncé que lors du comité technique ministériel du 30 janvier prochain il soumettrait aux organisations syndicales un projet de modification des statuts des personnels enseignants du second degré.


Sur les suppressions de poste prévues, 2085 seront converties en heures supplémentaires. Pour qu’elles soient absorbées, le ministère a ainsi décidé brutalement d’imposer une deuxième heure supplémentaire aux enseignant-e-s.

 

 

Lire la suite...


Si, M. Blanquer :

la liberté d’expression est
bien garantie aux fonctionnaires !

 

Le ministre Blanquer a manifestement un problème avec la liberté d’opinion des fonctionnaires et son corollaire, leur liberté d’expression. Il a ainsi introduit dans l’article 1 du projet de loi « Pour une école de la confiance » un article qu’il comptait utiliser pour museler les enseignant-e-s.


Dans son étude du projet de loi, le Conseil d’État rappelle que cet article n’a aucune valeur légale et qu’il serait censuré par le Conseil constitutionnel s’il était maintenu en l’état.


La tentative du ministre est donc vouée à l’échec. SUD éducation rappelle que les personnels qui n’ont pas de responsabilité hiérarchique ne sont pas soumis au devoir de réserve.


Nous rappelons qu’il est parfaitement possible pour les personnels de s’exprimer publiquement, y compris à destination des parents d’élèves sur les conditions de travail et d’enseignement ainsi que sur les réformes libérales et réactionnaires du ministre Blanquer.

 

La liberté d’expression des fonctionnaires est un droit : SUD éducation appelle les personnels à le faire vivre.

 


Télécharger le communiqué



Avec les stylos rouges,
nos revendications doivent aboutir

l'éducation en colère stylos rouges gilets jaunes revendications

 

Les stylos rouges ont vu le jour sur Facebook le 12 décembre 2018 et comptent plus de 60 000 personnes sur leur page. Dans la continuité des gilets jaunes et du hashtag pas de vagues, les enseignant-e-s ont lancé leur mouvement en passant par les réseaux sociaux. Le mouvement prend forme et s'organise.


Il s’agit de revaloriser financièrement le métier d'enseignant en augmentant les salaires, en refusant le jour de carence, la casse des retraites etc., mais aussi d’améliorer les conditions de travail et de vie en limitant le nombre d'élèves par classe, en ayant davantage de moyens pour les élèves à besoins particuliers, en contestant les suppressions de postes, les réformes absurdes et inégalitaires comme celle du lycée, la précarité, etc.

 

Lire la suite...


 

Les syndicats doivent prendre leur responsabilité

grève générale salaires justice sociale

 

L’Union syndicale Solidaires n’a pas signé aujourd’hui le texte rendu public par toutes les autres organisations syndicales à la suite d'une réunion qui s’est tenue ce matin.


Pour Solidaires il n'est pas possible :

  • de décider qu’il est urgent de ne rien faire
  • de s’engager dans des négociations à leur sens ouvertes par le gouvernement

  • de condamner uniquement « les formes de violence dans l’expression des revendications ».

Cette déclaration des syndicats d'aujourd'hui est hors sol.

 

 

Lire la suite...