La grève Numéro 3 - 13 octobre 2010

interprofessionnelle et nationale pour le retrait du projet de loi sur les retraites


3000 à Ancenis, 10000 à Valenciennes, 2300 à Châteaubriant, 25000 à Saint Nazaire, 12500 à Epinal, 40000 au Mans, 60000 à Rennes, 33000 à Toulon, 4500 à Draguignan, 4000 à Fontenay le vicomte, 20000 à La Roche sur Yon, 50000 à Clermont-Ferrand, 1400 à Sablé, 95000 à Nantes, 4500 à Gap, 3200 à Manosque, 3500 à Digne, 12000 à Annecy, 55000 à Caen, 3500 à Lisieux, 15000 à Besançon, 70000 à Chambéry, 3200 à Vire, 11000 à Chartres, 9000 à Auch, 12000 à Bourges, 7000 à Vierzon, 55000 au Havre, 10000 à Rouen, 75000 à Rouen, 15000 à Chalon sur Saône, 130000 à Bordeaux, 7500 à Macon, 3000 au Creusot, 2000 à Paray le Monial, 2000 à Autun, 10000 à Charleville, 18000 à Albi, 16000 à Brive, 12000 à Tulle, 3000 à Ussel, 4500 à Castres, 11000 à Metz, 140000 à Toulouse, 5000 à Chalons, 15000 à Reims, 40000 à Saint Brieuc, 12000 à Lannion, 5500 à Dinan, 5000 à Guingamp, 32000 à Nîmes, 12000 à Alès, 33000 à Tarbes, 25000 à Limoges, 16000 à Foix, 8000 à Quimperlé, 15000 à Amiens, 20000 à Amiens, 5500 à Cholet, 2500 à Saumur, 11000 à Carcassonne, 10000 à Belfort, 12000 à Dunkerque, 35000 en Avignon, 40000 à Saint Malo, 230000 à Marseille, 4500 à Colmar, 10000 à Mulhouse, 33000 à Orléans, 8000 à Montluçon, 70000 à Montpellier, 28000 à Strasbourg, 30000 à Lille, 72000 à Grenoble, 4000 à Sens, 9000 à Auxerre, 45000 à Lyon, 330000 à Paris… et aussi des manifestations à Bagnols sur Cèze, Clisson, Tournus, Melun, Haguenau ou Falaise
… Ce ne sont que quelques exemples parmi les centaines de manifestations qui ont eu lieu mardi 12 octobre, partout en France.


Plus de trois millions et demi de manifestant-e-s.


C’est encore plus que le 2 octobre ! C’est bien plus qu’au plus fort de la grève de 1995 qui a mis en échec le plan Juppé. Le mouvement engagé depuis six mois dure et s’enracine dans le pays, il est soutenu par une très grande majorité de la population. Chacun voit bien que la contre-réforme gouvernementale ne vise qu’à diminuer les pensions, à répondre au désidérata du patronat et des marchés ! Le gouvernement enfermé dans sa tour d’ivoire ne veut rien voir, rien entendre de cette colère sociale qui gronde dans tout le pays. Oui, cette réforme, même votée à
l’Assemblée nationale et au Sénat, reste profondément injuste : elle doit être retirée !


La grève reconductible, c’est maintenant !


Ce 12 octobre, le nombre de grévistes était important, dans la Fonction publique, dans le secteur public, dans les entreprises du privé. De nombreuses Assemblées Générales de salarié-e-s ont décidé de reconduire la grève :
- Grèves reconduites dans les raffineries
- Grèves reconduites à la SNCF
- Grèves reconduites dans les transports urbains (RATP, RTM, bus de plusieurs villes,…)
- Grèves reconduites dans des services de plusieurs ministères (Culture, Finances, etc.)
- Grèves reconduites dans de nombreuses Collectivités Territoriales
- Grèves reconduites à l’Education Nationale
- Grèves reconduites dans les terminaux méthaniers des ports, dans des centrales nucléaires, dans la distribution électrique et gazière de plusieurs villes
- Grèves reconduites dans plusieurs services de La Poste
- Grèves reconduites aussi dans d’autres secteurs, de manière inégale selon les départements


L’Union syndicale Solidaires appelle à élargir et reconduire la grève

Il n’y a plus de temps à perdre : c’est maintenant qu’il faut élargir et durcir le mouvement pour gagner. Pour cela, partout où c’est possible. De nombreux appels unitaires dans des secteurs professionnels et dans des départements ont été lancés en ce sens.
L’union syndicale Solidaires appelle à tenir des assemblées générales, amplifier le mouvement, reconduire partout où c’est possible la grève, développer les liens interprofessionnels et les solidarités entres les salarié-e-s des différents secteurs mobilisés, et à préparer la nouvelle journée nationale de manifestations le samedi 16 octobre pour se retrouver tous ensemble à nouveau des millions dans la rue.


C’est le blocage du pays qu’il faut organiser pour imposer le retrait de cette réforme injuste !


Télécharger le bulletin n°3 - La grève



La grève Numéro 2 - 12 octobre 2010

interprofessionnelle et nationale pour le retrait du projet de loi sur les retraites


Dans le cadre du mouvement interprofessionnel national, nous adresserons chaque jour un bulletin "La grève" à diffuser notamment sur les piquets de grève, dans les Assemblées Générales, les rassemblements de grévistes, ... et aussi aux entreprises et services qui ne seront pas encore dans le mouvement, afin de l'élargir et le renforcer.


 

Lire la suite...


La grève Numéro 1 - 11 octobre 2010

interprofessionnelle et nationale pour le retrait du projet de loi sur les retraites



Dans le cadre du mouvement interprofessionnel national, nous adresserons chaque jour un bulletin "La grève" à diffuser notamment sur les piquets de grève, dans les Assemblées Générales, les rassemblements de grévistes, ... et aussi aux entreprises et services qui ne seront pas encore dans le mouvement, afin de l'élargir et le renforcer.

Pour lancer la dynamique sans tarder, voici le numéro 1 daté de lundi, à diffuser sans modération à la veille de la grève.


 

Après les journées de grèves et manifestations des 27 mai, 24 juin, 7 septembre, 23 septembre, 2 octobre, nous sommes dans une nouvelle phase, déterminante, de cette lutte sociale. A compter du 12 octobre, c'est un mouvement reconductible qui s'amplifie dans toute la France et va toucher tous les secteurs professionnels.


L'Union syndicale Solidaires apporte son soutien aux grèves qui sont en cours, et à celles qui seront décidées par les Assemblées Générales de salarié-e-s dès demain


CFDT, CFTC, CGT, FSU, UNSA et bien sûr Solidaires se prononcent clairement pour « la tenue d'Assemblées Générales et l'organisation de consultations unitaires des salarié-e-s sur leur lieu de travail » pour « définir démocratiquement le rythme, les formes et les suites de l'action ».


La grève se construit, à la base, dans les secteurs professionnels et les localités


Les appels unitaires à un mouvement de grève interprofessionnelle se sont multipliés ces derniers jours, amplifiant considérablement les premières initiatives de l'Union syndicale Solidaires et de secteurs de la CGT.


Les syndicats Solidaires, CGT, FSU, FO, CFDT, UNSA, … s'engagent dans la grève reconductible dans les raffineries, les Collectivités Territoriales, les transports urbains, aériens et maritimes, à la RATP, à la SNCF, dans l'Education nationale, au Ministère des Finances, au Ministère de la Culture, à La Poste, France Télécom, la Sécurité Sociale, EDF, à GDF/Suez, au Ministère de l'Environnement et de l'Equipement, au Ministère du Travail, au Ministère des Transports, dans les Hôpitaux, l'audio-visuel, les Banques, à la Météo, à Pôle Emploi, dans des entreprises de Métallurgie, Commerces, Services, Chimie, Prévention/Sécurité, Construction, Nettoyage,… De nombreuses Unions Départementales interprofessionnelles appuient ces appels à la grève.


La priorité : tous et toutes en grève et dans les manifestations, mardi 12 !


La reconduction de la grève et son élargissement seront possibles à partir de la réussite du 12. Des millions de grévistes et de manifestant-e-s partout en France mardi, voilà qui nous permettra dans les Assemblées Générales le jour-même et le lendemain de décider la poursuite du mouvement jusqu'au retrait du projet de loi. Chacun-e de nous peut participer à cette lutte sociale : première étape le 12, en participant aux manifestations, ensuite décidons la grève partout où c'est possible, proposons des actions permettant à tous de se retrouver ensemble.


Pour perdre moins d'argent : la grève reconductible


Quelques jours de grève pour ne pas perdre des années de temps libre, ca vaut le coup, non ?
La grève, ça coûte de l'argent ; c'est indéniable. Mais la mise en oeuvre de ce projet de loi nous en coûtera bien plus ! Directement, à travers les pensions de retraite considérablement réduites et indirectement car une défaite sociale sur ce dossier serait la porte ouverte à de nouvelles remises en cause. Pour gagner plus, il faut lutter le plus efficacement possible : pour l'Union syndicale Solidaires, l'heure est maintenant à une grève reconductible qui ne reviendra pas plus cher que des grèves isolées et nous permettra de gagner.


Un mouvement de plus en plus fort : maintenant, on passe un cap et on va gagner !


Les journées d'actions des 7 septembre, 23 septembre, 2 octobre ont chacune rassemblé environ 3 millions de personnes : c'est plus que durant le mouvement de novembre/décembre 1995 ! Et les manifestant-e-s ne sont pas les mêmes d'une manif. à l'autre : il y a un rejet très massif de ce projet de loi, une volonté d'imposer un autre partage des richesses. Maintenant, c'est la grève interprofessionnelle reconductible et on va gagner !


Faisons circuler l'information


Faire circuler l'information vraie est déterminant dans la réussite de la grève. Solidaires s'y emploie à travers une rubrique "Action !" sur son site : http://www.solidaires.org/rubrique365.html. Envoyez vos informations sur contact@solidaires.org pour alimenter celle-ci et le présent bulletin quotidien.


Télécharger le bulletin n°1 - La grève


Recherche

Faits marquants en image

A suivre

  • Chut n°2

  • Chut n°3 bis

  • Chut n°3

  • Chut n°4

  • Chut n°5

prev next

En ligne actuellement

Nous avons 89 invités en ligne