Déclaration de SUD Éducation Basse-Normandie et Solidaires

CAPA des PLP
7 mai 2021

 

Dans le contexte actuel, tout est à dénoncer : la dégradation des conditions de travail, l’application du protocole sanitaire, la diminution des moyens, les réformes scandaleuses, la malveillance de l’institution, la violence (physique et/ou morale ) de plus en plus présente dans les EPLE, le mépris et l’abandon de Madame la Rectrice envers les usager·ères et les personnels des EPLE .


Les DHG arrivent dans les établissements et font apparaître globalement une nouvelle diminution de moyens, en particulier dans les lycées qui vont à nouveau subir les conséquences de la réforme les concernant. En dépit des affirmations de notre ministre, cette réforme a bien pour effet de supprimer des postes.


Les moyens à la rentrée prochaine : suppression de 150 postes de personnels enseignants en Normandie, suppression aggravée par l’injonction de l’équivalent de 65 postes en heures supplémentaires dans le secondaire. Du travail en plus pour les collègues, des moyens en moins : voilà de sombres perspectives pour une situation d’enseignement encore une fois dégradée.


Ces pertes de moyens sont scandaleuses et montrent à quel point le ministre dédaigne la formation professionnelle au sein des lycées professionnels.


Comment notre ministre s’y prend-il pour que les moyens soient toujours en baisse ? Il RÉFORME. Il réforme, sans vergogne dans un total mépris, au détriment des conditions de travail et des élèves et des professeur·es.

 

Nous exigeons l’abandon d’une gestion comptable de l’éducation dont les conséquences se sont encore aggravées ces dernières années, notamment en ce qui concerne la dégradation des conditions de travail des personnels.

 


Comment ne pas dénoncer la gestion de la crise sanitaire ? Annonces dans les médias, injonctions contradictoires et/ou modifiées, protocole sanitaire non applicable, mise en danger de la vie d’autrui par les autorités administratives par manquement à l’obligation de l’employeur d’assurer la sécurité physique et mentale de ses agent-es.

 

Les règles de fonctionnement changent pour les personnels stagiaires et contractuels. En ce qui concernent les postes berceaux pour les stagiaires, les contractuel·les/alternant·es M1: des titulaires seront-ils impacté·es par le changement d’organisation prévu pour la rentrée septembre 2021 ?


Comment seront choisis les lieux d’accueil de ces personnels ? Quand les personnels titulaires seront-ils informés ?

 

Enfin, et en lien avec l’ordre du jour de cette CAPA, nous observons à nouveau une des conséquences du protocole PPCR qu’avait prévues l’union syndicale Solidaires, dont fait partie SUD Éducation, ainsi que d’autres organisations syndicales qui avaient voté contre cette réforme : l’augmentation de la part de l’arbitraire dans l’évaluation des personnels. S’y ajoute l’obligation, pour les collègues qui veulent faire revoir leur appréciation, d’enclencher une procédure longue,lourde et fastidieuse. L’an dernier déjà, il était apparu qu’en conséquence peu de collègues avaient contesté leur appréciation, ( pour cette CAPA seulement 3 demandes de révision ) et encore bien moins étaient allé·es jusqu’au bout de la procédure, à savoir le recours devant la Commission
Paritaire, si cette appréciation n’avait pas été revue avant. D’autre part, il était apparu en réunion CAPA qu’une forte majorité des contestations recevait une issue positive qui était alors évidente lors de leur examen en séance ; ce qui laisse à penser qu’un certain nombre de collègues qui n’ont pas eu le courage d’aller au bout de la procédure auraient pu avoir satisfaction – et que le rectorat aurait dû leur donner raison bien plus tôt dans la procédure. Cette année le paysage est encore pire : moins de contestations examinées lors de cette CAPA, mais une proportion encore plus grande de cas qui, en toute logique, devraient aboutir à une appréciation revue à la hausse : pourquoi donc les corrections à ces évaluations n’ont pas été apportées plus tôt ?

 

Cela montre bien l’absurdité de ce système d’évaluation tout au long de son déroulement et les conséquences pour les personnels qu’il fragilise.

 


Télécharger la déclaration



Déclaration de SUD Éducation Basse-Normandie et Solidaires

CHSCT-A
du 8 avril 2021

 

Madame la Présidente du CHSCT A,


Essoré·e·s par la crise sanitaire, épuisé·e·s par des réformes menées à fond de train, l'ensemble des personnels, tenu·e·s de mettre en place un protocole sanitaire impossible à respecter, ont dû beaucoup bricoler parce que rien n’a été anticipé. Les personnels payent au prix fort la troisième vague de Covid-19 et subissent de plein fouet la gestion très hasardeuse de l’épidémie par leur ministère. Cette crise vient s’ajouter aux coups reçus depuis quatre ans par le corps enseignant.

 

Cette semaine se termine avec un enseignement à distance mis en place encore une fois de manière chaotique et disparate sans s’assurer que les élèves et les personnels soient prêt·e·s. En effet, l’annonce a pris les usager·e·s et les personnels au dépourvu et la fracture numérique n’a pas été résorbée loin sans faux. Et pourtant, en termes de prévention, la gestion des situations d’urgence, voire de crise, devrait donner lieu à la mise en oeuvre de mesures dans des délais courts où le temps de l’analyse des situations est restreint par la nécessité d’une intervention rapide (c'est RETEX qui l'écrit). Dans cet objectif d’acquérir des expériences et de les mettre à disposition de toutes et tous, il aurait été important d’identifier les difficultés de nature diverse afin de repérer les axes de prévention et de faire ressortir les mesures concrètes de protection des agent·e·s et d'amélioration de leurs conditions de travail.Or, rien de tout ça n'a eu lieu. Au lieu d'agir, ce ministère a attendu les désastres.


Aujourd'hui, des personnels sont touchés par la covid-19 ; certain·e·s subissent les effets de ce virus mais pour autant ce covid dit "long" ne fait toujours pas partie des pathologies ouvrant droit directement à des congés longue maladie ou des congés longue durée.  Si le covid est placé dans les tableaux de maladies professionnelles pour les personnels de santé qui ont été placés en oxygénothérapie, cette reconnaissance en maladie professionnelle pour les personnels de l'éducation nationale demeure à être reconnue.


Alors madame la Présidente, dans le cadre de la pandémie du Covid-19, combien d'agent·e·s sont impacté·e·s ? Quels sont les dispositifs de prévention mis en place pour l'ensemble des personnels ? Quels sont les suivis et aménagements pour les personnels affectés ? Quelles leçons tirez-vous des événements précédents ? Quelles sont les pistes et  mesures envisagées pour la ré-ouverture des établissements au retour des vacances d'avril ? Pour être opérationnelle, la ré-ouverture des classes doit être anticipée avec les moyens adéquats. Une anticipation s'impose. Une préparation s’impose. Une réelle organisation du travail s’impose car l’amateurisme épuise. Une vaccination de l'ensemble des personnels enseignants, AESH, AED, CPE, administratifs…. s’impose comme condition sine qua none à la reprise du 26 avril puis du 3 mai !

 


Télécharger la déclaration

Télécharger les questions diverses



Déclaration de SUD Éducation Basse-Normandie et Solidaires

 

au CHSCT-A du 11 février 2021

Madame la Présidente du CHSCT A,

 

Les personnels en ont assez de cette école de la maltraitance dans laquelle les personnels, à bout, sont méprisés et mal payés. L’administration leur refuse les moyens pour enseigner et pour les aider à accompagner les élèves dans leurs difficultés. La modification du protocole sanitaire applicable dans les écoles et les établissements, alors que les variants du virus accroissent les risques de contaminations, ne protège toujours pas les personnels ni les usagers. Pour preuve, les masques confectionnés à la maison ne sont plus autorisés, et pourtant il n’est toujours pas prévu de fourniture massive et gratuite de masques adaptés aux élèves. Alors, que décide le ministre pour participer à l’effort collectif pour enrayer la pandémie ? Il supprime des postes, il augmente le pouvoir d’achat en acculant les personnels à agréger les heures supplémentaires, il oblige ainsi les personnels à être plus présents donc à porter le masque plusieurs heures par jour, à gérer les gestes barrières et des élèves et les siens. Bref, il détériore les conditions de travail des personnels, ce qui va à l’encontre du code du travail, ce qui est donc condamnable devant un tribunal. Le protocole sanitaire de la restauration scolaire est lui aussi renforcé, mais sans moyens supplémentaires. Ainsi, en collège, le refus de l’administration de procéder aux dédoublements nécessaires conduira nécessairement, si le protocole est réellement appliqué, à de longues files d’attente ou une difficulté accrue d’accès à la restauration scolaire.


En école pré-élémentaire, un diagnostic positif dans une classe devra entraîner la fermeture de la classe entière, car les élèves n’y portent pas de masque. Mais les tests PCR sont rarement effectués en raison de leur caractère intrusif et aussi parce que les politiques de tests massifs ne concernent pas les enfants de moins de 6 ans. Pire, le ministère ne prévoit aucun déploiement de matériel pour les tests antigéniques, contrairement à sa promesse maintes fois renouvelée.


Au collège et au lycée, la fermeture d'une classe ne sera possible que si l’ARS est informée que l’un des élèves testé positivement est contaminée par une forme variante de la Covid-19. Le ministre sait pourtant parfaitement que pour déceler le variant, il faut procéder au séquençage intégral du virus contenu dans l’échantillon. Or les services de santé, contrairement à d’autres pays, n’ont en aucun cas les moyens de procéder au séquençage systématique. Cette mesure ne sera donc vraisemblablement pas appliquée de manière générale.


SUD éducation revendique un plan d’urgence pour l’éducation qui continue d’accueillir dans des circonstances difficiles l’ensemble des élèves du pays, avec un volet sanitaire pour lutter contre l’épidémie de la covid-19 ainsi que les moyens nécessaires à la mise en œuvre d’une véritable prévention de l’épidémie.


Depuis l’instauration des CHSCT, et cela est encore plus criant dans ce contexte de crise sanitaire aiguë, SUD Education n’a eu cesse de dénoncer l’incurie en matière de santé et de sécurité au travail. Qu’en est-il aujourd’hui ? Voici un inventaire à la Prévert des oubliés du covid, les RSST qui débordent de messages d'agressions verbales ou physiques tout en respectant les gestes barrières il va sans dire! Les bâtis qui se dégradent et qui restent dans leur décrépitude à cause ou grâce au covid ! Le mépris affiché du ministre qui dit maîtriser la crise et qui "en même temps" ferme à qui mieux mieux des classes, supprime des postes. Mais alors, comment respecter les gestes barrières quand les classes sont bondées, les élèves entassés méprisés ? Des élèves qui, quels que soient les parcours, seront les électeurs et électrices de demain.


Soyez assurée, Madame la Présidente, de notre attachement au service public de l’Éducation Nationale ainsi qu’aux conditions de travail et de santé des personnels.

 


Télécharger la déclaration