Recherche

Spécial précaires

Faits marquants en image


Déclaration SUD EDUCATION

CAPA PLP du 25 janvier 2018

 

Suite au vote du projet de loi de Finance 2018, le Ministère de l’Éducation Nationale a attribué à l'Académie de Caen 87 Emplois Temps Plein en moins pour le second degré. Monsieur Le Recteur vous avez proposé de répartir cette perte en supprimant notamment 25 ETP dans les lycées professionnels. Votre principal argument est de dire que c'est la faute à la baisse démographique (que par ailleurs les établissements du privé ne connaissent pas!).

 

Or comment peut-on supprimer des heures postes (HP) quand on ne ferme pas de sections ? Et bien, vous décidez de regrouper des sections qui n’ont pas les mêmes programmes en partie ou en tout , vous décidez de créer des demi-sections là où on peut en avoir une complète avec des prévisions d’effectifs plus que douteuses et enfin vous supprimez suffisamment de moyens pour éviter les dédoublements. Bref vous décidez de détériorer les conditions d’apprentissage des élèves et les conditions de travail des professeur-es. Nous condamnons cette politique basée sur une économie de bouts de chandelles.

 

Lire la suite...


Déclaration de SUD Éducation et Solidaires

CSE du 19 octobre 2017

 

Le ministre s'attaque à la liberté syndicale !

 

Aujourd’hui, 14 décembre, la fédération SUD éducation et l’Union syndicale Solidaires apportent leur soutien à notre camarade de SUD Travail Affaire Social traduite devant une commission disciplinaire après sa suspension pour avoir dénoncé lors d’une expression syndicale les réductions de postes dans son ministère de tutelle. Le gouvernement prétend museler les libertés syndicales et s’immiscer dans l’organisation des syndicats alors même que l’article 2 du décret 82-447 reconnaît notre liberté d’organisation indépendamment de toute pression politique et gouvernementale.

 

Manifestement ce gouvernement préfère ostensiblement bafouer ce droit.

 

Sur la base de calomnies colportées par l’extrême droite, le Ministre de l’éducation nationale mène une campagne inepte et a annoncé avoir porté plainte contre le syndicat départemental SUD éducation 93, qui organise un stage de formation syndicale ouvert à tous les personnels, intitulé: « Au croisement des oppressions - Où en est-on de l’antiracisme à l’école ? ».

 

Nous souhaitons rappeler que le fonctionnement de la fédération des syndicats SUD éducation laisse entière l’autonomie de chaque syndicat, en particulier en matière de pratiques syndicales et de politique d’action, notamment sur le contenu des formations locales.

 

Lire la suite...


 

 

 

Délégation à Hong Kong

du Réseau syndical international de solidarité et de luttes

 

En Chine, à Hong Kong et partout dans le monde:

"les travailleurs ne sont pas des esclaves"

 

CSP Conlutas (Brésil) et l'Union syndicale Solidaires (France), représentant le Réseau syndical international, se sont rendus à HK à l'invitation des camarades de la confédération syndicale HKCTU (Hong Kong Confederation of Trade Unions). La délégation a également rencontré des représentants de la société civile, des féministes et des militantes travaillant comme domestiques.


Le premier enseignement de ces rencontres est que la situation à HK est très inquiétante en ce qui concerne les droits fondamentaux, les droits des salariés, les droits des femmes, la situation sociale et les libertés civiques.


En Chine continentale, nous savions déjà que le pouvoir central était en train de restreindre de façon drastique les libertés et les droits des travailleurs et travailleuses. Une nouvelle loi contre les ONG étrangères a été adoptée par le régime de Pékin. Mais étant donné que les ONG basées à HK en sont la cible principale, il apparaît que le principe "Un pays, deux systèmes" (qui désigne le statut de Région administrative spéciale de Hong Kong depuis son rattachement à la Chine en 1997), tourne en réalité à "Un pays sous un pouvoir unique, central et autoritaire", celui de la Chine continentale.

 

La loi adoptée par le régime de Pékin a commencé à être appliquée depuis le 1er janvier 2017. Son but est de contrôler strictement et d'encadrer (ou supprimer) les activités en Chine continentale de toutes les ONG étrangères, y compris celles basées à HK et Macao. Parmi les cibles du gouvernement figurent les ONG soutenant les travailleurs et travailleuses et les aidant à s'auto-organiser. Le régime de Pékin veut que les ONG orientées vers le monde du travail ne puissent plus intervenir, sauf depuis Hong Kong, et encore de façon de plus en plus limitée étant donné les risques qu'elle encourent. Le gouvernement veut clairement que l'unique centrale syndicale chinoise, contrôlée par le régime, soit la seule ayant légalement le droit de représenter les travailleurs en Chine continentale. Il s'agit là clairement d'une attaque contre la démocratie, la justice sociale et la liberté.

 

Lire la suite...

Agenda militant

<< Sept. 2018 >>
LMMJVSD
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui1864
mod_vvisit_counterHier1895
mod_vvisit_counterCette semaine12876
mod_vvisit_counterLa semaine dernière11098
mod_vvisit_counterCe mois-ci41849
mod_vvisit_counterLe mois dernier74124
mod_vvisit_counterCumul6516085

 ,