Recherche

Agenda militant

<< Oct. 2017 >>
LMMJVSD
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031

Derniers articles

Faits marquants en image

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui2331
mod_vvisit_counterHier3870
mod_vvisit_counterCette semaine17772
mod_vvisit_counterLa semaine dernière30022
mod_vvisit_counterCe mois-ci78222
mod_vvisit_counterLe mois dernier138468
mod_vvisit_counterCumul7375624

 , 

Luttes

 

 

 

 

Déclaration intersyndicale

Comité Technique Académique du 04 juillet 2019

 

 

 

Madame la rectrice,


Vous nous proposez à ce CTA l’étude du schéma d’organisation dans le cadre de la fusion des académies de Caen et de Rouen.


Nous estimons que la meilleure contribution a été faite par les personnels eux-mêmes depuis février par leur mobilisation massive qui a permis d’annuler le projet initial. Le projet que vous nous proposez est un point d’équilibre entre employeur et employés dans un sens favorable à ces derniers, mais précaire jusqu’en 2202. Ainsi, des services entiers sont conservés (DEC, DIFOR, DEPAP, DPE, DAJ…) alors qu’ils devaient fermer dans le projet initial. Les collègues continueront donc d’exercer leur métier à la rentrée et les années suivantes.


Beaucoup de services resteront tels quels si ce n’est qu’ils subiront un modèle administratif en bi-site avec un chef sur un site et un adjoint sur le second site. Vous connaissez notre opposition à la forme en bi-site qui a montré son caractère intrinsèque déstructurant et source de dysfonctionnements.


Nous entrons dans une phase décisive puisque le Comité Technique Ministériel du 9 juillet devrait discuter du projet de décret de fusion des académies de Caen et de Rouen suivi d’un CTM le 16 juillet pour l’enseignement supérieur. Nous ne baissons pas les bras et maintenons l’action aussi bien à Caen qu’à Rouen.


Les personnels ont besoin de stabilité dans leur vie professionnelle comme dans leur vie en général pour construire leurs propres projets de vie. Or, c’est tout le contraire qui se profile dans les années à venir puisque les modifications envisagés conduisent à l’instabilité quasi-permanente des services. Nous demandons toujours le maintien des deux académies et la nomination d’un recteur à Caen et d’un recteur à Rouen.

 


Télécharger la déclaration


 

La lettre de mobilisation contre la fusion des académies n°12

Animée par les syndicats et des non syndiqué-es de Caen.

 

 

lettre de mobilisation n°11 contre la fusion des académies de Caen et Rouen

 

Télécharger la lettre n°12


TRAVAILLER PLUS POUR COÛTER MOINS ?
CARTON ROUGE POUR LE MINISTÈRE !

Juin 2019

 

 

1ère action : feinte de corps pour 2 HSA

 

Le 11 avril, à coups de décret (n° 2019-309 du 11 avril 2019) et à coups de bâtons rompus, le MEN entérine l'obligation d'accepter une deuxième HSA.  C'est sa prétendue réponse aux demandes d'augmentation de salaire. Pour nous, cela n'est en aucun cas une augmentation de salaire et ça sert surtout  à compenser les 2000 suppressions de postes. Or, ce dont nous avons besoin dans nos établissements scolaires, c'est de plus d’adultes pour mieux  encadrer les élèves, premières victimes d'une société de plus en plus brutale, de plus en plus inégalitaire ; c’est d’alléger les effectifs dans les classes  pour mieux suivre les élèves et diminuer notre temps devant élève afin de libérer du temps pour du travail en équipe, plus à même d'apporter une  réponse à la hauteur des enjeux de notre société !

 

2ème action : petit pont sur la formation

 

Le 12 juin, lors du Comité Technique Ministériel, c'est l'annonce d'un projet de décret pour imposer la formation obligatoire sur le temps de vacances :    c'est une pure réquisition à hauteur de 5 jours par an, pendant les périodes de vacances scolaires ; en réalité, il s'agitd'éviter les absences de professeurs sur le temps de classe puisque l'EN refuse d'accorder des moyens pour remplacer les enseignant-es absent-es. C'est une augmentation du  temps de travail à rebours de tout ce qu'il faudrait faire pour améliorer les conditions de travail et donc les conditions d'enseignement pour les élèves.

 

 

3ème action : tacle final sur l'annualisation

 

Le 26 juin, repoussé lors de l'examen de la Loi Blanquer, l'amendement concernant l'annualisation du temps de travail des enseignant-es a été adopté   u Sénat ; ou comment revenir sur le terrain quand on vient d’être expulsé ! En réalité, la loi Blanquer permet d'expérimenter l'annualisation : c’est une attaque rapide pour mieux enfoncer la ligne de défense de nos statuts. Mais concrètement, quelles en sont les conséquences ? Toutes les heures non   réalisées devant élèves seront décomptées : lorsque les élèves sont en sortie, au mois de juin, lors des formations, des convocations… et lors des jours  fériés ! Et seront rattrapées au cours de l'année : autant dire qu'il n'y aura même plus besoin de payer les heures supp, nous les devrons à   l'administration !


Alors que nous constatons toutes et tous que nos conditions de travail s'aggravent ,
que nous ne pouvons plus encadrer et suivre les élèves de manière satisfaisante ;

ce qu'on veut nous imposer, c'est de travailler encore davantage !
L'institution ne veut pas mettre les moyens à la hauteur des enjeux ?
A nous de fixer la défense !
Non à la politique d'austérité en faveur des joueurs déjà les mieux placés !
Nous sommes toujours au service de l'intérêt général !



Télécharger le communiqué