Recherche

Agenda militant

<< Oct. 2017 >>
LMMJVSD
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031

Faits marquants en image

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui259
mod_vvisit_counterHier973
mod_vvisit_counterCette semaine1232
mod_vvisit_counterLa semaine dernière22735
mod_vvisit_counterCe mois-ci79495
mod_vvisit_counterLe mois dernier138602
mod_vvisit_counterCumul7762689

 , 

Luttes


Le Vrai/Faux de la réforme du lycée

Tract de SUD Education 44


tract réformes des lycées SUD Education 44 solidaires

 


Télécharger le tract


Déclaration liminaire de SUD Éducation

CAPA des certifié-es

lundi 25 mars 2019

 

Nous sommes réuni-es aujourd'hui pour valider les choix établis lors des deux groupes de travail portant sur les congés formation et sur les postes adaptés.

 

Concernant les congés de formation, force est de constater le faible nombre de possibilités offertes par l’administration, de dénoncer la subordination d’un accord de départ en formation d’un-e collègue à son éventuel remplacement, ou de présentation d’un projet jugé innovant. Des informations continuelles nous prédisent que nous changerons plusieurs fois de métier tout au long de notre vie de travailleur et de travailleuse. Une loi sur la Mobilité est en cours d’écriture, mais la pauvreté, déjà ancienne , des passerelles proposées montre une fois encore la dichotomie entre les simples affirmations de façade et la réalité.

 

Le gouvernement envisage cependant une solution : le recours accru à des enseignant-es contractuelles : employables, corvéables, jetables à merci, faiblement rémunéré-es, soumis-es à la volonté d’un-e chef-fe (les contestataires passeront leur chemin), plus besoin de lourds concours, de PPCR, d’avancement, de formation (nous y revoilà) : c’est une belle illustration de la tant désirée simplification administrative.

 

Un exemple démonstratif de mobilité forcée est hélas en cours ici avec la fusion des académies de Caen et de Rouen.

 

SUD Éducation refuse toute évolution au mérite, revendique une meilleure considération des demandes de formation des enseignant-es, et soutient tous celles et tous ceux qui entrent en lutte contre les réformes lancées à marche forcée au détriment des conditions de travail des collègues et des élèves.


Télécharger la déclaration


Déclaration liminaire de SUD Éducation

CTA du 25 mars 2019

 

Ce CTA, examinant notamment la rentrée scolaire 2019, s’ouvre dans un contexte où les attaques contre l’école, ses personnels et ses usagers sont légion. La loi Blanquer actuellement discutée à l’Assemblée Nationale illustre la volonté du pouvoir d’imposer sa vision de l’école, autoritaire et rétrograde. Autoritaire comme le montre le maintien de l’article 1 du projet de loi qui est une attaque frontale contre les droits des fonctionnaires garantis par la loi n°83-634 portant droits et obligations des fonctionnaires. Rétrograde comme en témoigne l’adoption d’un amendement absurde imposant la présence du drapeau français dans toutes les salles de classe.

 

Alors que l’attention et le débat se concentrent sur les surenchères réactionnaires du gouvernement, ce dernier poursuit sa politique d’austérité budgétaire, dont nous sommes particulièrement victimes dans l’académie de CAEN. En effet, même si nous connaissons une légère baisse démographique, il faut continuer à supprimer des postes en grand nombre. L’académie supprime 33 postes dans les lycées, et 38 postes dans les lycées professeurs. Une véritable saignée et la casse du service public d’éducation se poursuit irrémédiablement.

 

À la lumière de l’ensemble de ces éléments SUD Éducation votera contre la proposition de la rentrée scolaire de l’administration. Nous appelons l’ensemble de la profession à construire la mobilisation, y compris en s’emparant du préavis de grève déposé par la Fédération SUD Éducation, pour l’augmentation générale des moyens alloués au service public d’Éducation et contre les réformes rétrogrades et autoritaires que l’on voudrait nous imposer.


Télécharger la déclaration