Voici une étude officielle qui démontre l'impact positif de la réduction des effectifs d'élève par classe sur la réussite scolaire... et que le ministère de l'éducation a détruite!

Propos recueillis par Isabelle Maradan - 02 juin 2010

Lire la suite...


Violences faites aux femmes

  • Une salariée a un entretien de licenciement pour absence répétée et injusti­fiée au travail, qui se cumulent avec des retards fréquents. En préparant sa défense, il s’avère qu’elle est battue et séquestrée par son mari...
  • Une salariée est en congé longue maladie car elle ne supporte plus les avan­ces répétées de son supérieur hiérarchique. Sa situation financière est désespé­rée, et elle désire reprendre le travail. Elle ne peut, en revanche, retourner là où elle travaillait : le harceleur sexuel y est encore.

Lire la suite...


Les "Chiffres-clés de l’égalité femmes-hommes" pour l’année 2009 sont parus en mars 2010. Véritable baromètre de la situation des femmes en France, ils mesurent notamment la parité et l’accès des femmes aux responsabilités, l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, l’accès aux droits et le respect de la dignité de la personne, l’articulation des temps de vie.

Ce sont les chiffres officiels donc il est intéressant de les avoir à titre d'infos Mais l'analyse n'est pas forcément la nôtre.

Extrait de l’avant-propos de Nadine Morano, secrétaire d’Etat en charge des droit des femmes et de l’égalité.

Depuis 10 ans, le Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes (SDFEFH) est à l’initiative d’un document rassemblant les Chiffres-clés de l’égalité entre les femmes et les hommes. Leur collecte, commencée en 2000, s’enrichit d’année en année, grâce à l’Insee et aux autres institutions qui fournissent des statistiques sexuées.


Ils apportent un éclairage précis et détaillé sur la situation des femmes dans la société et regroupent les données statistiques disponibles dans les cinq domaines prioritaires de l’action gouvernementale que sont :


• la parité et l’accès des femmes aux responsabilités ;
• l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ;
• l’accès aux droits et le respect de la dignité de la personne ;
• l’articulation des temps de vie ;
• l‘Europe et l’international.


Véritable baromètre, ils donnent année après année la mesure des évolutions individuelles et sociales de la situation des femmes dans notre pays, fournissent des informations
sur les politiques publiques menées en leur direction et en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes.


Ils apportent une connaissance de plus en plus fine de l’évolution des inégalités dont sont victimes les femmes en France et de l’impact des politiques publiques menées pour les réduire.


Ces données statistiques indiquent que les femmes travaillent de plus en plus, même avec de jeunes enfants, mais que l’égalité professionnelle reste encore un objectif à atteindre.

En effet, les fefemmes sont notamment plus concernées par la pauvreté, en particulier les mères de famille monoparentale ou les femmes âgées. Ces chiffres éclaireront l’Année européenne 2010 de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, arrêtée sous la Présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE).

En matière de violences faites aux femmes, l’évolution de ces chiffres montre que près des trois-quarts des personnes victimes de violences physiques ou sexuelles de la part de leur conjoint sont des femmes. Le Gouvernement a déclaré les violences faites aux femmes Grande cause nationale 2010. Les connaissances affinées du phénomène des violences ont permis d’estimer leur coût en 2009, à 2,5 milliards d’euros.

Ils donnent enfin un nouvel éclairage sur le respect des engagements internationaux de la France - notamment du programme d’action de Pékin dont on célèbre cette année le 15e anniversaire et de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination envers les femmes des Nations unies (CEDAW) dont on a commémoré l’an dernier le 30e anniversaire.


Beaucoup de partenaires du SDFEFH et d’acteurs de terrain font des Chiffres-clés un outil de travail quotidien. Dans ce même élan, la DGCS, à laquelle est intégré le SDFEFH depuis janvier 2010, tiendra compte de ces données pour réaliser son programme de travail, tant pour l’élaboration et la mise en oeuvre de ses actions, que dans son activité interministérielle, afin que chacune de ses réalisations intègre la dimension de genre.

La mobilisation de tous est nécessaire, car si l’on constate des évolutions positives dans de nombreux domaines, certaines situations ne progressent pas. Cela doit nous inciter à relever le défi de la lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes et nous conduire à améliorer la vie des femmes dans notre société.

Lire la suite



Contrat Unique d'Insertion (CUI)
ou comment installer durablement la précarité!


Le contrat avenir (CAV) a vécu! Pourtant ce fut un joli nom prometteur. Mis en place depuis 2005, dans le cadre de la loi de « programmation pour la cohésion sociale », les premiers bénéficiaires ont peut-être cru que ce contrat les aiderait à préparer un avenir moins précaire. Mais ils ont vite déchanté et aujourd'hui tous ceux qui en « bénéficient » - ou plutôt toutes celles car ce sont majoritairement des femmes – ne se font guère d'illusions: ces contrats « aidés » sont une aubaine pour l'employeur, puisque subventionnés presque intégralement par l'Etat et les collectivités locales – tandis que les salariés se retrouvent très vite à la case de départ, à savoir le chômage.

La galère continue ....

Lire la suite...


 

Réforme du lycée
Ce n'est pas ce que le ministre vous dit!
Ce qu'on nous fait croire


Selon l'objectif affiché par le gouvernement il s'agit de mieux orienter les élèves, mieux répondre aux besoins particuliers, rééquilibrer les séries et réduire les redoublements.
Qui pourrait être contre ces objectifs? Une réforme qui représente un réel progrès pour les élèves ?
Jugez-en vous mêmes!

Réduction de la formation disciplinaire


De la seconde à la Terminale la majorité des disciplines sont touchées par une réduction du nombre d'heures de cours. En seconde, par exemple. le français, l'histoire géo, les SVT, les sciences physiques perdent une demie-heure par semaine. En Première L, les mathématiques ne sont plus obligatoires. En Teminale S, l'histoire-géo devient facultatif.....
Tout cela est en complète contradiction avec l'affirmation du ministère qui prétend rééquilibrer et spécialiser les séries.

Des heures à effectif réduit


Désormais une enveloppe globale par classe sera attribuée pour organiser des heures à effectif réduit(10H30 pour la rentrée 2010 en seconde – et en 2011...??) A chaque établissement de répartir
ces heures. Qui décidera, et selon quels critères? Le chef d'établissement, le « conseil pédagogique » (nouvelle instance intermédiaire nommée par le chef d'établissement)?
Si le ministère voulait réellement personnaliser la pédagogie il ne supprimerait pas le cadre national des heures en demi groupe!
Mais il préfère laisser aux établissements le soin de gérer la pénurie!

L'accompagnement personnalisé


Deux heures d'accompagnement personnalisé seront inscrites dans l'emploi du temps de tous les élèves.
Derrière cette belle appellation se cachent 2 heures ..... en classe entière! En effet, ces deux heures sont comprises dans l'enveloppe globale des 10H30! L'enseignant sera sensé y faire du soutien, de l'approfondissement, de l'aide méthodologique et de l'aide à l'orientation. On imagine aisément les disparités entre établissements quant au contenu de ces deux heures fourre-tout! On comprend aussi que les enseignants seront amenés à remplacer les conseillers d'orientation, sans en avoir les compétences.

La réorientation en cours d'année


Un tronc commun (60% des enseignements) sera mis en place pour les classes de Première, soit disant pour faciliter une réorientation en cours d'année. Mais l'élève réorienté au bout d'un ou deux trimestres, aura tout de même à rattraper tous les cours de spécialité. Et il est sensé y arriver en suivant un « stage passerelle » ( une, deux semaines pendant les vacances??)
Ce qui est sûr, c'est que ce tronc commun permettra de regrouper les élèves de différentes séries, notamment dans les petits lycées, afin de remplir les classes au maximum.

Les stages de remise à niveau


Ils concernent les élèves de seconde pour éviter un redoublement. Ils se dérouleront pendant les vacances ( 1 ou 2 semaines) ou tout au long de l'année. L'encadrement sera assuré par des
enseignants, des vacataires étrangers pour les cours de langue, des assistants d'éducation.
Nous considérons ces stages comme un leurre: ce n'est pas en ajoutant du travail à l'emploi du temps normal qu'on aidera les élèves qui ont de réelles difficultés. Il faut leur garantir des conditions favorables (travail en petit groupe) et une prise en charge par des personnels qualifiés!
Et cela doit commencer dès l'école primaire!

Non, cette réforme n'a pas pour objectif une meilleure prise en charge de tous les jeunes!


Le gouvernement a besoin de cette réforme afin de justifier sa politique de suppressions de postes dans la Fonction Publique. Pour l'Education Nationale , 16 000 suppressions sont programmées pour la rentrée 2010!


Parallèlement à cela, les heures supplémentaires sont prévues à la hausse et le rectorat procède au recrutement de nouveaux personnels précaires!


Cette réforme s'inscrit dans la politique qui touche tous les services publics, à savoir le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.


Elle vise à exclure du lycée nombre de collégiens, sans leur assurer par ailleurs une véritable formation professionnelle.


Elle ne peut en aucune manière assurer à nos jeunes la formation de haut niveau dont la société du XXI ème siècle a besoin.

Télécharger le tract