Recherche

Mouvement Intra second degré

Vinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo Slider

Agenda militant

<< Mars 2019 >>
LMMJVSD
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Faits marquants en image

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui1275
mod_vvisit_counterHier2790
mod_vvisit_counterCette semaine15294
mod_vvisit_counterLa semaine dernière23214
mod_vvisit_counterCe mois-ci68226
mod_vvisit_counterLe mois dernier75785
mod_vvisit_counterCumul6936154

 , 

Luttes

EN LUTTE !

Bulletin de mobilisation du 20 MARS 2019 de la fédération SUD Éducation

 

 

Contre la loi Blanquer et les réformes qui attaquent l'école publique et les personnels : et maintenant, amplifions la lutte !


L'heure est à la mobilisation ! Les personnels de l'Éducation nationale, et en particulier du premier degré, l'ont bien compris en se mettant en grève le 19  mars de manière très forte. Les causes de mécontentement ne manquent pas. En se mettant massivement en grève le 19 mars, les personnels, en particulier du premier degré, ont signifié au gouvernement leur refus des réformes en  cours, et en particulier de la loi Blanquer, au cœur des mots d'ordre. Les taux de grévistes ont varié d'un quart des PE à plus de la moitié en fonction des départements, et ils ont été significatifs dans le second degré. Dans de nombreux départements, des assemblées générales ont réuni plus de cent grévistes, parfois jusqu'à plusieurs centaines. Que ce soit par le nombre de grévistes, le nombre de personnes en manifestation ou en Assemblée générale, cette mobilisation est le signe de la volonté de la construction d'un rapport de force majeur.

 

 

Des AG qui reconduisent la grève

 

→ Loire Atlantique : reconduction lundi 25/03
→ Puy-de-Dôme : reconduction 28 et 29 mars
→ Bouches-du-Rhône : reconduction mardi 26/03
→ Maine-et-Loire : 320 personnels en AG, reconduction lundi 25
→ Deux-Sèvres : reconduction mardi 26
→ Seine-Maritime : grève le 21 mars contre le projet de fusion des académies
→ Paris : reconduction jeudi 28
→ Rhône : reconduction jeudi 28
→ Somme : nuit des établissements le 25
→ Ille-et-Vilaine : reconduction le 27 mars

 

 

Répression à ToulousE

 

150 personnels qui bloquaient le rectorat de Toulouse mardi 19 ont été brutalement agressé-e-s par la brigade anticriminalité à l’instigation de la rectrice. Il  était urgent de permettre le passage d’une camionnette contenant des copies d’agrégation ! Les personnels ont subi le gaz lacrymogène à bout portant, ont été jeté- es à terre, le tout agrémenté de propos sexistes de la part de la police. SUD éducation dénonce fermement cet acte de répression, à l’image de ce que subit le mouvement social depuis plusieurs mois.

 


Télécharger l'info luttes de la fédération SUD Éducation



COMMUNIQUÉ DE PRESSE
SUITE À LA JOURNÉE DE MOBILISATION DU 19 MARS

Mardi 19 mars 2019, une journée de grève et de mobilisation était appelée par l'Intersyndicale de lutte du Calvados (CGT, FO, FSU, Solidaires) en coopération avec les Gilets Jaunes.


Des actions de blocages des zones industrielles de Ifs et de Carpiquet ont été préparées, annoncées et déclarées en préfecture, ainsi qu'un rassemblement à 16h sur la Place du théâtre.


Si nous n'avons pas reçu de récépissé de la part de la préfecture concernant la déclaration des deux points de blocage, nous n'avons, en revanche, ni été contactés, ni eu l'information que ces actions étaient interdites par la préfecture.


Aujourd'hui mercredi 20 mars, nous apprenons que des Gilets Jaunes sont convoqués au commissariat pour le motif « d'entrave à la circulation sur une manifestation non déclarée », parce qu'une camionnette a forcé le barrage ou parce qu'un feu de palettes a été allumé au rond-point de Soliers.

 

Nous dénonçons cette façon de faire consistant à s'en prendre, a posteriori, à des manifestants sans jamais, auparavant, les avoir prévenu de la non-légalité de leur présence.

 

Cette répression s'inscrit dans un contexte « post-16 mars », avec un gouvernement qui entend accroître la répression à l'encontre d'un mouvement social qu'il ne  parvient pas à maîtriser faute de réponse politique. Cette pente glissante vers un autoritarisme qui s'exerce au mépris des lois nous inquiète particulièrement pour l'avenir de notre Etat de droit. Nous exigeons l'abandon de toute poursuite envers quiconque ayant participé à cette journée d'action du 19 mars dans le cadre défini par  l'Inter-syndicale et les Gilets Jaunes.

 

Les représentants des organisations syndicales
CFT, FO, FSU et Solidaires

 


Télécharger le communiqué