Luttes

Déclaration de SUD Éducation Basse-Normandie et Solidaires

CAPA des PLP
7 mai 2021

 

Dans le contexte actuel, tout est à dénoncer : la dégradation des conditions de travail, l’application du protocole sanitaire, la diminution des moyens, les réformes scandaleuses, la malveillance de l’institution, la violence (physique et/ou morale ) de plus en plus présente dans les EPLE, le mépris et l’abandon de Madame la Rectrice envers les usager·ères et les personnels des EPLE .


Les DHG arrivent dans les établissements et font apparaître globalement une nouvelle diminution de moyens, en particulier dans les lycées qui vont à nouveau subir les conséquences de la réforme les concernant. En dépit des affirmations de notre ministre, cette réforme a bien pour effet de supprimer des postes.


Les moyens à la rentrée prochaine : suppression de 150 postes de personnels enseignants en Normandie, suppression aggravée par l’injonction de l’équivalent de 65 postes en heures supplémentaires dans le secondaire. Du travail en plus pour les collègues, des moyens en moins : voilà de sombres perspectives pour une situation d’enseignement encore une fois dégradée.


Ces pertes de moyens sont scandaleuses et montrent à quel point le ministre dédaigne la formation professionnelle au sein des lycées professionnels.


Comment notre ministre s’y prend-il pour que les moyens soient toujours en baisse ? Il RÉFORME. Il réforme, sans vergogne dans un total mépris, au détriment des conditions de travail et des élèves et des professeur·es.

 

Nous exigeons l’abandon d’une gestion comptable de l’éducation dont les conséquences se sont encore aggravées ces dernières années, notamment en ce qui concerne la dégradation des conditions de travail des personnels.

 


Comment ne pas dénoncer la gestion de la crise sanitaire ? Annonces dans les médias, injonctions contradictoires et/ou modifiées, protocole sanitaire non applicable, mise en danger de la vie d’autrui par les autorités administratives par manquement à l’obligation de l’employeur d’assurer la sécurité physique et mentale de ses agent-es.

 

Les règles de fonctionnement changent pour les personnels stagiaires et contractuels. En ce qui concernent les postes berceaux pour les stagiaires, les contractuel·les/alternant·es M1: des titulaires seront-ils impacté·es par le changement d’organisation prévu pour la rentrée septembre 2021 ?


Comment seront choisis les lieux d’accueil de ces personnels ? Quand les personnels titulaires seront-ils informés ?

 

Enfin, et en lien avec l’ordre du jour de cette CAPA, nous observons à nouveau une des conséquences du protocole PPCR qu’avait prévues l’union syndicale Solidaires, dont fait partie SUD Éducation, ainsi que d’autres organisations syndicales qui avaient voté contre cette réforme : l’augmentation de la part de l’arbitraire dans l’évaluation des personnels. S’y ajoute l’obligation, pour les collègues qui veulent faire revoir leur appréciation, d’enclencher une procédure longue,lourde et fastidieuse. L’an dernier déjà, il était apparu qu’en conséquence peu de collègues avaient contesté leur appréciation, ( pour cette CAPA seulement 3 demandes de révision ) et encore bien moins étaient allé·es jusqu’au bout de la procédure, à savoir le recours devant la Commission
Paritaire, si cette appréciation n’avait pas été revue avant. D’autre part, il était apparu en réunion CAPA qu’une forte majorité des contestations recevait une issue positive qui était alors évidente lors de leur examen en séance ; ce qui laisse à penser qu’un certain nombre de collègues qui n’ont pas eu le courage d’aller au bout de la procédure auraient pu avoir satisfaction – et que le rectorat aurait dû leur donner raison bien plus tôt dans la procédure. Cette année le paysage est encore pire : moins de contestations examinées lors de cette CAPA, mais une proportion encore plus grande de cas qui, en toute logique, devraient aboutir à une appréciation revue à la hausse : pourquoi donc les corrections à ces évaluations n’ont pas été apportées plus tôt ?

 

Cela montre bien l’absurdité de ce système d’évaluation tout au long de son déroulement et les conséquences pour les personnels qu’il fragilise.

 


Télécharger la déclaration



Communiqué de SUD Éducation Calvados et Solidaires

Les AESH1 ,  ATSEM2 ou les membres du RASED3
ne sont pas des surveillant·es


communiqué de SUD Education et Solidaires Calvados - Les AESH, ATSEM ou membres du RASED ne sont pas des surveillant-es-mai 2021Le ministère de l'Éducation nationale prouve une nouvelle fois son impréparation totale à la sortie de ce troisième confinement.


Les quelques renforts du protocole consistent à fermer une classe dès le premier cas de Covid confirmé ainsi qu’à limiter davantage le brassage des élèves.
Ainsi en cas d'absence d'un personnel enseignant: "Les élèves seront placé·es sous la surveillance d'un·e adulte tiers". On notera au passage l’hypocrisie de la formule utilisée : « suspension de classe ».
Cela doit paraître beau sur un papier déposé sur le bureau d'un cabinet ministériel mais dans la réalité de nos établissements sans personnels supplémentaires, c'est totalement infaisable.
Qui va prendre en charge les élèves que les parents ne viendront pas chercher?

  • Un membre du RASED? Il n'en reste que 20 pour toutes les écoles du Calvados.
  • Un·e ATSEM?
  • Un·e AESH?


Ce n'est pas dans leurs missions de surveiller seul·es une classe sur temps scolaire. De plus, que deviennent les élèves dont ces personnels s'occupent? Que ce soit 25 petit·es ou des enfants à besoin particulier, l'enseignant·e doit-iel réussir à les prendre en charge sans aide?

La DSDEN4 du Calvados demande aux professeur·es des écoles de se désigner responsable d’un groupe qui serait hors de leur de leur champ de vision à moins de se dédoubler! Les personnels enseignants se retrouvent encore à organiser des scénarios injouables pour faire entrer des carrés dans des ronds.

Bref, c'est encore le mépris des personnels qui règne pour préserver la communication du "Tout va bien" du ministère!

Pour faire face aux aléas, il faut des moyens humains !

• recrutement massif de titulaires depuis les listes complémentaires des candidats au concours 2020.
• mutations provisoires de tous les conseillers, conseillères pédagogiques, inspectrices et inspecteurs de l’éducation nationale vers des postes d’enseignement.

Nous appelons les équipes à s’opposer collectivement aux demandes de la hiérarchie. Ne laissons pas les AESH, ATSEM ou membres du RASED s’opposer individuellement à des injonctions irresponsables et méprisantes de leurs fonctions.

1 AESH : Accompagnant·e des Elèves en Situation de Handicap
2 ATSEM : Agent·e territorial·e des Services de l’Ecole Maternelle
3 RASED : Réseau d’Aide Scolaire aux Enfants en Difficulté
4 DSDEN : Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale


Télécharger la déclaration



Réunion d'information syndicale AESH 2021 SUD Education Calvados 2020Réunion d'information syndicale AESH 2021 SUD Education Calvados 2020

Réunions d'informations syndicales pour les AESH

Mise en place des Pôles Inclusifs d'accompagnement localisé (PIAL) à la rentrée 2021 , une dégradation sans précédent des conditions de travail des AESH !

 

Quand ?

Le mardi 25 mai 2021 13h30 - 16h30 / Le mardi 22 juin 2021 13h30 - 16h30

 

Où ?

Maison des syndicats, 12 rue du colonel Rémy à Caen / salle du chemin vert, 13 rue Albert Shuman à Caen

 

Comment ?

Demande administrative avant le jeudi 20 mai 2021 / jeudi 17 juin 2021


Modèle de courrier :

 

employeur=DSDEN : modèle de courrier

employeur=établissement : modèle de courrier


Prévenir le syndicat à sudeduc14@free.fr


Télécharger le tract