Recherche

Calendrier des stages et AG

<< Juil. 2020 >>
LMMJVSD
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Derniers articles

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui4656
mod_vvisit_counterHier10528
mod_vvisit_counterCette semaine44806
mod_vvisit_counterLa semaine dernière54682
mod_vvisit_counterCe mois-ci86239
mod_vvisit_counterLe mois dernier192517
mod_vvisit_counterCumul9680817

 , 

Luttes


Lettre à Blanquer

Les personnels de Canopé -décembre 2019

Destinataire : J.M. Blanquer - Ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse

 

 

Qui sommes-nous ?

 

Réseau Canopé (ex-CNDP) est un opérateur public sous tutelle du ministère de l’Éducation nationale. Il exerce une mission d’édition, de production, de développement et de mise à disposition de ressources et de services éducatifs à destination des enseignants, des communautés éducatives et universitaires, des écoles et des établissements d’enseignement scolaire.

 

 

L’établissement emploie près de 1 400 salariées, fonctionnaires ou contractuel•le•s, travaillant sur plus de 100 sites répartis en métropole comme en outre-mer, avec son siège à Chasseneuil-du-Poitou.

 

 

 

Que nous arrive-t-il ?

 

 

Aujourd’hui, Réseau Canopé est menacé de démantèlement pour des raisons strictement budgétaires.

 

 

En septembre 2019, les personnels de Réseau Canopé apprenaient de façon détournée que leur établissement était appelé à modifier en profondeur son orientation, voire son organisation, au prétexte de servir exclusivement la formation continue (voire initiale !) en ligne des enseignants.

 

 

Engagés depuis sept ans dans une restructuration en profondeur du réseau, les personnels sont choqués par ce nouveau virage, qui remet en cause nombre d’orientations en cours pour leur en substituer de nouvelles, largement illisibles : sur quelles études se fondent-elles ? À quels besoins avérés sont-elles censées répondre ? Est-on absolument certain de leur bien-fondé ? Quel est leur modèle économique ?

 

 

Comment s’étonner alors de la perte de sens ressentie par beaucoup dans leur travail quotidien et du sentiment partagé de la mise en danger de leur établissement ? Ils sont nombreux à voir leur confiance abusée, leurs compétences niées, leurs savoir-faire remis en cause et leur avenir fragilisé.

 

 

Aucun modèle économique n’est à ce jour prévu pour faire face à la baisse de la subvention pour charges de service public annoncée (- 3,28 M€). Sur le seul budget 2020, la diminution du plafond d’emplois de 55 ETPT (emplois temps plein travaillé) impactera près de 150 agent•e•s, soit environ 10 % de la masse salariale. Alors même que la purge commence dès maintenant avec le non-renouvellement de personnels enseignants détachés et des personnels administratifs à qui l’on demande de participer au mouvement, l’établissement ne dispose d’aucune feuille de route pour les années à venir.

 

 

Les personnels en appellent à une suspension immédiate des décisions en cours et à l’engagement d’une concertation rapide avec leurs représentants et les différents acteurs de l’Éducation sur les objectifs assignés à Réseau Canopé, ses missions, son fonctionnement, son financement, dans le respect de ses personnels et de son rôle d’opérateur au service de tous les enseignants.

 

 

 

Qu’en disent nos institutions démocratiques ?

 

 

 

Le Sénat, dans son rapport général n° 140 (2019-2020) de M. Gérard LONGUET, fait au nom de la commission des finances, déposé le 21 novembre 2019 , a récemment interpellé le gouvernement en rappelant que :
« davantage qu'une réduction des moyens de Réseau Canopé, c'est une clarification de la stratégie numérique de l'État dans le secteur éducatif qui parait aujourd'hui nécessaire. Tout en appelant, au sein même du ministère et des services académiques, à une redéfinition des organisations et du partage des compétences, cette transformation ne justifie pas, a priori, de remettre en cause les moyens accordés au réseau Canopé. Au contraire, il semble préférable de renforcer cet opérateur pivot… ».

 

 

 

Du côté de la Cour des comptes, le verdict était sévère en 2014. Mais suite à la refondation du CNDP en Réseau Canopé, la cour notait en 2019 que :
« le Réseau Canopé est devenu aujourd'hui un acteur clé du service numérique éducatif ».

 

 

 

Que demandons-nous ?

 

 

 

 

 

- de véritables négociations et la participation des organisations syndicales et des représentant•e•s du personnel à l’écriture de la feuille de route sur les missions de Réseau Canopé ;

 

 

 

- le maintien des postes et des moyens financiers de Réseau Canopé pour assurer au mieux ces missions, dont celle de la formation continue des enseignants ;

 

- le maintien de nos métiers, de leurs diversités et de leurs complémentarités, indispensables à cette organisation unique en réseau et proche du terrain que nous servons ;

 

 

 

- la reconnaissance de la situation de restructuration de l’établissement conformément au  projet d’arrêté présenté au CTMEN du 3 octobre, ouvrant droit à un éventail de dispositions d’accompagnement des personnels impactés.

 

 

 

 

 

Luttons ensemble ! Soutenez-nous !

 

 

Lien de la pétition

https://www.unepettion.fr/rcendanger


logo FSU 2019

 

Radon dans des établissements de l'académie!

Courrier à la rectrice des membres du CHSCT A-6 décembre 2019

 

Madame la Présidente du CHSCT-A,


Nous souhaitons attirer votre attention sur la situation des établissements scolaires de Basse-Normandie soumis au risque du radon, gaz naturel radioactif, qui est la deuxième cause de cancer pulmonaire chez les fumeurs et la première cause de cancer pulmonaire chez les non- fumeurs.


En ce mois de novembre 2019, nous sommes furieux d’apprendre par voie de presse OF du 20.11.2019) qu’à Flers et Mortain quatre classes sont fermées pour cause de « présence trop importante de radon ». Ce même mois de novembre, nous sommes informés via le RSST de la présence de radon dans le lycée Leverrier à Saint-Lô. Toujours par le RSST, le suivi du proviseur  nous apprend que les taux dépassent la norme de 1000 Bq/m 3 , ce qui nécessite une évacuation immédiate des lieux. En effet, l’arrêté du 22 juillet 2004 relatif aux modalités de gestion du risque lié au radon dans les lieux ouverts au public, dans son article 8, stipule :


« Lorsqu’au moins un résultat des mesures effectuées en application de l'article 2 du présent arrêté dépasse le niveau d'action de 1 000 Bq/m3, le propriétaire effectue, sans délai, des actions simples sur le bâtiment destinées à réduire l'exposition des personnes au radon. Elles sont suivies immédiatement d'un diagnostic du bâtiment et, si nécessaire, des mesures de radon supplémentaires mentionnées au deuxième alinéa de l'article 7 du présent arrêté. Le cas échéant, les travaux qui en résultent sont menés dans les conditions définies audit article ».


Or tous les résultats des mesures effectuées doivent être communiqués aux représentants du personnel et aux personnes qui fréquentent l’établissement (art 1333-16 du code de santé publique).Nous tenons à préciser que le risque encouru par les personnels et les usagers des établissements exposés au radon est grave et alarmant. Pour rappel l’Organisation Mondiale de la Santé qui prend au sérieux le risque lié à l’exposition au radon préconise « de baisser le plus bas possible la concentration de radon » et retient « une limite de 100 Bq/m 3 comme valeur à ne pas
dépasser ».


En tant que Présidente du CHSCT-A, vous avez l’obligation de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs (articles L4121-1 et suivants du code du travail). C'est la raison pour laquelle nous vous demandons de vous saisir de ce problème, avec les autres institutions publiques qui ont en charge les établissements scolaires, et de communiquer aux représentants du personnel en CHSCT tous les résultats, quels qu’ils soient, de toutes les mesures de radon qui ont été réalisées dans tous les établissements comme le prévoit l’article R 1333-16 du code de santé publique, ainsi que toutes les données utiles au bon accomplissement de notre mission.


La mission des CHSCT est de contribuer à la protection de la santé et de la sécurité des salariés, de participer à la promotion de la prévention des risques professionnels et présentement de formuler des propositions pour réduire les concentrations de radon à un niveau aussi bas que possible. Nous vous rappelons qu’en 2013, le CHSCT avait déjà alerté l’administration sur la situation du collège de Condé sur Noireau confronté à des taux de radon anormalement élevés.


Aussi, nous sommes étonnés que vous n’ayez pas tiré les enseignements des précédentes solutions inadéquates apportées.


Veuillez agréer, Madame la Présidente du CHSCT-A, notre attachement au service de l'éducation nationale.


Les représentants du personnel au CHSCT-A au titre de Sud Education et de la FSU Basse Normandie,


Télécharger le courrier



LES PERSONNELS DE L'EDUCATION DU BOCAGE
REUNIS EN AG DE GREVISTES LE 5 DECEMBRE

 


appel bocageNous avons pu constater les taux historiques de grévistes dans notre secteur (écoles, collèges et lycées) mais aussi la très grosse mobilisation avec plus de 15000 manifestant-es sur Caen et près de 500 sur Vire !


Convaincu-es qu'une seule journée de grève, même très suivie, ne sera pas suffisante pour faire reculer le gouvernement, et alors que certains secteurs reconduisent leur grève dès vendredi 6/12, nous, personnels de l'Education soutenus par les organisations FSU et SUD Education, nous inscrivons dans ce qui a été discuté en AG de grévistes sur Caen et qui est proposé par l'Intersyndicale nationale, à savoir :

 

UNE NOUVELLE JOURNEE DE GREVE

MARDI 10 DECEMBRE !


Avec une AG sur Caen à 8h30 / une autre à 16h à l'amphi du lycée Marie Curie


>>D'ici là, partout, l'information autour de cette date doit être faite dans les écoles, collèges et lycées.


Les Professeur-es des écoles doivent absolument se déclarer avant vendredi soir en indiquant une période de grève du 10 au 19/12 afin d'être couvert.
Nous rappelons que la déclaration n'engage pas les personnels à être effectivement gréviste mais évite le délai de 48h en cas de nouvelle journée de mobilisation.

 

>>Pour les personnels qui auraient décidé de reconduire la grève dès vendredi, un rassemblement est prévu vendredi 6/12 à 11h sur Caen et 17h30 à la Porte Horloge de Vire.

 

>>Nous appelons à rejoindre la manifestation de samedi 7 décembre, date de mobilisation dans la continuité du 5/12. Rendez-vous à 14h30, face à Monoprix (à Caen).

 

>>Un tract à destination des parents est en cours de réalisation et sera à distribuer lundi si possible.

 

>>Une mailing list des personnels mobilisés du Bocage virois est en cours de création :

 

vous pouvez la contacter à l'adresse suivante : : bocageengreve@gmx.fr
TOUTES ET TOUS ENSEMBLE, NOUS NE LÂCHONS RIEN !


Contacts :
Ronan Charpentier, lycée Marie Curie de Vire (06 32 70 67 26)
et Bérangère Lareynie, collège Maupas de Vire (06 87 57 98 87)


Télécharger l'appel