Recherche

Agenda militant

<< Janv. 2019 >>
LMMJVSD
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Profession de foi élections 2018

Faits marquants en image

Luttes

Combattons le torpillage annoncé

de l'éducation prioritaire

 

L’éducation prioritaire n’échappe pas au rythme infernal des contre-réformes. SUD éducation défend l’éducation prioritaire, même si nous critiquons  largement le bilan de la réforme de 2014, en particulier sur les moyens alloués. SUD éducation fait le point sur les principales annonces, et détaille ses  revendications pour l’éducation prioritaire.

 

Au programme, un torpillage annoncé

 

Le lundi 1er octobre, le ministère annonçait la commande d’un nouveau rapport sur l’éducation prioritaire. Le rapporteur choisi n’est pas n’importe qui : il s’agit de Pierre Mathiot, qui avait pondu le rapport sur la réforme du Bac et du lycée général et technologique, que combat toujours SUD éducation.

 

Lire la suite...


Budget de l’éducation 2019 :
le privé favorisé, le public lésé

 

Le gouvernement communique abondamment sur une prétendue augmentation de 850 millions d’euros du budget de l’éducation, soit 1,6 %. Or le taux d’inflation attendu pour 2019 est de 1,5 %. Qui plus est, cette hausse de budget doit également absorber 213 millions d’euros de crédits alloués au versement du salaire des personnels Accompagnant-e-s des Élèves en Situation de Handicap (AESH). Le budget de l’Éducation nationale est donc en baisse.


Qui plus est, 7,6 milliards d’euros sont consacrés à l’enseignement privé (confessionnel à plus de 90 %) en 2018, et ce budget sera encore augmenté. En dix ans, ce sont près de 100 000 élèves de plus qui accomplissent leur scolarité dans le privé. L’administration favorise l’implantation d’établissements privés au détriment des écoles et établissements publics. Le ministère verse les salaires de 145 000 enseignant-e-s d’entreprises privées.

 

SUD éducation dénonce le scandale du subventionnement d’entreprises éducatives, et revendique la socialisation immédiate des établissements scolaires privés, pour un service public d’éducation laïque, gratuit, ouvert à tou-te-s et émancipateur.

 


Télécharger le communiqué



AGRESSION D’UN REPRÉSENTANT SYNDICAL

Comité d'Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

 

Le secrétaire du CHSCT académique de Caen a été lynché avec préméditation en séance par le DRH et les droits des représentants des personnels n’ont pas été appliqués.


Les représentants du CHSCT ont assisté au lynchage du secrétaire du CHSCTA lors de la lecture d’un propos liminaire par le président de cette séance, DRH de l’académie. Le secrétaire a été qualifié d’avoir de l’influence sur quelques membres du comité, de décrédibiliser l’instance, de faire pression sur les agents, de prendre l’instance pour un jeu, d’instrumentaliser l’usage des registres RSST, de manquer d’investissement, d’être provocateur, de  formuler des préconisations très simplistes et inutiles, de représenter la FSU en tous lieux … Les représentants du personnel FSU et Sud Education  condamnent ces propos.


Face à cette attaque frontale, les représentants des personnels ont procédé à un vote de confiance envers le secrétaire, qui l’a obtenu. Par la suite, malgré l’insistance des représentants des personnels, le président a refusé d’appliquer le règlement intérieur de l’instance. Face à ces attaques et l’obstruction de l’application du droit, les 5 représentants FSU et Sud Education, déplorant ne pas pouvoir travailler à l’amélioration des conditions de travail des personnels, ont quitté la séance, laquelle s’est poursuivie avec la seule présence de 2 membres Sgen-CFDT et Unsa-Education.


Les représentants des personnels FSU et Sud Education au CHSCTA de Caen.

 


Télécharger la déclaration

Télécharger le communiqué de presse