Recherche

Calendrier des stages et AG

<< Mars 2020 >>
LMMJVSD
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui9095
mod_vvisit_counterHier10277
mod_vvisit_counterCette semaine19372
mod_vvisit_counterLa semaine dernière74728
mod_vvisit_counterCe mois-ci309881
mod_vvisit_counterLe mois dernier209402
mod_vvisit_counterCumul8901583

 , 


SUD éducation refuse la cogestion avec l’administration.
Les élu-es de SUD éducation sont présent-es dans les instances
pour instaurer un rapport de force favorable aux revendications
et à la défense des personnels.



Les mutations académiques

Communique de SUD Education Calvados- 23 mars 2020

 

La phase de vœux pour les mutations académiques se termine le 3 avril. Comme de nombreux collègues, vous pouvez joindre nos élu-es pour vous aider dans votre démarche et pour le suivi de votre dossier. Envoyez un mail à sudeduc14@free.fr.


Cependant, on peut se demander si muter sera un choix cette année où comme laissent l'augurer les lignes directrices de gestion, la répartition des  postes se fera en fonction des besoins.


L'administration a unilatéralement décidé de maintenir le mouvement en pleine période de confinement mais les syndicats dont Sud Education ont du mal à voir comment le nombre de mutations pourrait être équivalent aux années précédentes puisqu'on a volontairement cadenassé ce mouvement en y  excluant les syndicats pourtant légitimement élus lors des dernières élections professionnelles. Précisons qu'il n'en est pas de même pour l'administration qui se retrouve seule maître à bord.

 

Comment ce mouvement pourrait-il être plus transparent en lui enlevant ces gardes-fous ? Leur cynisme va jusqu'à  enlever la liste des postes vacants. Ce ne sont plus des mutations mais une partie de loto.


Et pour quelle raison ? A mesure que le nombre de postes au mouvement intra diminue celui des postes à profil du mouvement spécifique augmente. Ne doit-on pas voir dans cette corrélation, un choix avéré de la casse d'un choix individuel? Ainsi semble se parachever le dogme du ministre de l'Education nationale de placer qui il veut où il veut.


Nous ne doutons pas que c'est pour rendre le système plus opérant mais l'Education Nationale à l'image de la fonction publique hospitalière actuellement au premier plan dans la lutte contre le déferlement du Covid 19, doit-elle être rentable ou doit-elle être au service de toutes et tous les usagers et  usagères, permettant d'avoirles clés pour comprendre sereinement le monde qui les entoure.
Mais malgré les nombreuses mises en garde, de petits fonctionnaires zélés continuent d'abattre les cartes au mépris de la santé et de la sécurité des personnels, au mépris de leurs choix de vie dont fait partie la demande de mutation.
Pourquoi ce mépris ? Pour faire des économies alors qu'en même temps, l'Etat français est prêt à débourser 300 milliards d'euros pour sauver l'économie. Les enseignant-es devront encore attendre pour être revalorisé-es à moins qu'une prochaine crise ne les condamnent à voir l'échéance s'éloigner.


Peut-être se décourageront-ils et demanderont à signer une rupture conventionnelle pour partir avec une indemnité leur permettant de repartir vers des cieux plus cléments ?


Télécharger le communiqué




Carte scolaire et postes à la rentrée 2020

Les documents préparatoires au Comité Technique Spécial Départemental

 

Chers collègues,


le CTSD traitant de la carte scolaire (ouverture et fermeture de classes) devrait se tenir le 30 mars malgré la situation inédite et délicate dans laquelle on se trouve.


Afin d'avoir une idée précise de votre situation à la rentrée prochaine, n'hésitez pas à nous faire remonter vos prévisions et vos remarques via e formulaire sur sudeduc14@free.fr.


C'est fondamental pour nous et pour vous puisque la rentrée prochaine s'annonce déjà délicate avec des dizaines de fermetures et un solde de 16 suppressions de postes à prévoir.


Solidairement


L'équipe de SUD Éducation 14



Commentaires sur les documents préparatoires du CTSD



 


Commission Administrative Paritaire Académique

pour les Psychologues de l'Education nationale

12 février 2020

 

Le 5 décembre, une mobilisation historique par son ampleur, sa durée et sa détermination, s’est enclenchée contre le projet de réforme de retraites. À
l’Éducation Nationale, nous étions 700.000 en grève ce jour. Depuis, des mobilisations d’ampleur ont lieu chaque semaine sans discontinuer. Malgré la
farce permanente qu’est devenu le débat politique : entre mensonges, manœuvres grossières, ordonnances et matraques ; nous ne sommes pas dupes.
Et face à des dirigeants sourds, les colères continuent de s’agréger.


En parallèle, la destruction du service d’information et d’orientation continue et laisse les Psychologues de l’Education Nationale EDO dans l’incertitude sur leur avenir au sein des CIO et sur les missions effectives.
Au CIO place de la Mare, les conditions de travail se dégradent avec des bâtiments qui ne sont plus entretenus (fuite d’eau, ..) et là aussi les collègues
n’ont aucune information sur leur future localisation. C’est aussi un manque de postes en particulier dans les secteurs ruraux (secteur à plus de 2000 élèves pour certains psychologues) et des postes qui n’ont pu trouvé de candidats titulaires en juin faute de recrutement ?
En lien avec l’ordre du jour de cette CAPA, nous observons à nouveau les conséquences du protocole PPCR sur lesquelles nous avons déjà alerté : l’augmentation de la part de l’arbitraire dans l’évaluation des personnels.
Il s’agit surtout d’une évaluation hiérarchique dont la finalité consiste à classer les collègues et mettre en place des avancements de carrière différenciés en fonction d’une grille d’évaluation dont le contenu est contestable puisqu’il se compose avant tout de « savoir-être » et de « savoir-plaire ». Les collègues évalué·es sont ainsi invité·es à se vendre, comme auprès d’un employeur privé pour obtenir une quelconque prime.
Alors qu’à échelon équivalent les revenus des enseignant·es, par rapport à l’inflation, ont chuté d’au moins 30 % depuis 1980, on apprend  l’augmentation indécente des rémunérations sous forme de primes des rectrices, recteurs et des Dasen. Alors que le ministre promet une revalorisation de nos salaires en soi- disante compensation de la baisse de nos futures pensions induite par la réforme en cours du système des retraites, on apprend que le conseil d’État dénonce le caractère anticonstitutionnel de cette dernière.


Une réelle revalorisation pour tous·tes ne peut passer que par l’augmentation substantielle de la valeur du point d’indice. Pourtant là encore, les dernières
prévisions budgétaires du gouvernement tablent sur le maintien du gel de ce point jusqu’en 2022.
À cela s’ajoute la rupture conventionnelle à l’initiative de l’administration, qui est entrée en vigueur par décret le 31 décembre dernier. Cette mesure n’est autre qu’un licenciement déguisé : en signant une rupture conventionnelle, l’agent·e démissionnerait contre une indemnité, et ne pourrait plus prétendre à un emploi dans la Fonction Publique à moins de devoir rembourser son indemnité en cas d’un nouveau recrutement. Il s’agit donc d’une nouvelle attaque contre le statut de fonctionnaire, un nouvel outil au service d’une politique managériale.


Vous pouvez contacter sudeduc@free.fr pour avoir des informations sur votre promotion.


Télécharger le compte rendu

 

Télécharger la déclaration




Dates à retenir pour le second degré

2019-2020

 

Attention les délais sont raccourcis cette année!

 

  • Dernier délai pour déposer le dossier de demande de poste adapté : 7 novembre 2019

Il est nécessaire de prendre rdv avec la médecine de prévention, la conseillère mobilité carrière et éventuellement le service social, alors prenez rdv dès maintenant.

  • Dernier délai pour déposer le dossier de demande de congé formation : 8 novembre 2019