Recherche

Agenda militant

<< Nov. 2019 >>
LMMJVSD
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Faits marquants en image

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui423
mod_vvisit_counterHier3780
mod_vvisit_counterCette semaine8602
mod_vvisit_counterLa semaine dernière69074
mod_vvisit_counterCe mois-ci131048
mod_vvisit_counterLe mois dernier119561
mod_vvisit_counterCumul7933803

 , 


Résultats des élections professionnelles :
l’opposition aux réformes l’emporte

 

SUD éducation n’a pas retrouvé son siège au CTMEN à l’issue des élections professionnelles qui se sont déroulées du 29 novembre au 6 décembre 2018. Nous remercions les 19 601 électeurs et électrices qui ont porté, dans les urnes, leur confiance dans le syndicalisme de lutte et de transformation sociale. Nous avons perdu 700 voix depuis les élections de 2014, soit une baisse de 0,48 %.


Il s’agit donc d’une défaite électorale. Cependant, SUD éducation garde des sièges dans un certain nombre de comités techniques académiques et dans divers instances locales. Dans certaines académies, SUD éducation conserve le même nombre d’élu-e-s ou en gagne malgré les difficultés liées à la perte du siège en 2014. Notre projet d’école, nos stratégies de mobilisation ont toujours une audience dans une période défavorable.

 

Lire la suite...


Violences policières, répression, menaces de Blanquer :

ne nous laissons pas faire

et rejoignons les lycéen-ne-s !

rafles de lycéens lycéennes stop

 

 

Le gouvernement et le ministre Blanquer mettent les grands moyens pour la répression des lycéen-ne-s en lutte : déploiement policier hors-norme devant les établissements, gaz lacrymogène, matraquage, tir tendu de flash-ball. Les victimes sont nombreuses, les blessures graves.

 


Blanquer ose écrire des mails pour exercer une pression sur les enseignant-e-s et les CPE afin de les inciter à empêcher les lycéen-ne-s de descendre dans la rue. Il va jusqu’à diffuser une vidéo adressée aux lycéen-ne-s pour les décourager de participer aux mobilisations.

 

 

 

Lire la suite...


Lycées mobilisés :

le ministre nous menace,

ne nous laissons pas intimider !

réformes blanquer lycéens à genoux lycée

 

 

Voici le mail envoyé par le ministre aux enseignant-e-s partout en France. C’est une réponse parfaitement inacceptable à la situation en cours. Ne nous laissons pas intimider !

 

 

En blanc, les réponses de SUD Éducation au ministre:


 

Lire la suite...


solidaires etudiants

Quelle que soit la nationalité des étudiant-e-s :
Non à l’augmentation

des frais d’inscription à l’université !

Le 19 novembre 2018, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé à l’occasion des Rencontres universitaires de la francophonie la volonté de son gouvernement d’augmenter les droits d’inscription des étudiant-e-s étranger-e-s extracommunautaires (hors Union Européenne) dès la prochaine rentrée universitaire. Pour les étudiant-e-s concerné-e-s, les frais d’inscription passeraient de 170€ par an à 2770€ par an en licence, de 243€ par an à 3770€ par an en master et de 380€ par an à 3770€ par an en doctorat.

 

 

De l’immigration choisie à la préférence nationale : « bienvenue en France » !

 

Lire la suite...


Yémen :

briser le silence

et faire cesser les livraisons d’armes

vente d'armes sud éducation solidaires communiques commun

 

La guerre civile au Yémen est devenue depuis 2015 une guerre internationale, avec notamment l’intervention des forces armées de la coalition menée par l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis, dans les airs, sur terre et sur mer.


Plus que les combats, ce sont les attaques aériennes en particulier contre les civils et les infrastructures vitales, les hôpitaux, les marchés, les écoles, qui font des victimes par milliers. La misère gagne, la malnutrition progresse, les secours essentiels destinés à ces populations ne leur parviennent qu’insuffisamment et irrégulièrement, malgré les exhortations des Nations Unies pour des « corridors humanitaires». Les enfants sont les premières victimes de cette situation.


La France, comme d’autres pays, est un important fournisseur d’armes et de munitions qui sont utilisées dans la région, notamment par l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis. De telles exportations d’armes sont régies par le Traité international sur le commerce des armes (TCA) qui a force de loi dans notre pays depuis sa ratification par le Parlement français le 2 avril 2014. Il précise que de telles exportations d’armes ne peuvent avoir lieu si celles‐ci servent à commettre des crimes de guerre, actes graves de violence contre les femmes et les enfants, ou à en faciliter la commission (article 7 du traité).

 

Lire la suite...