Recherche

Calendrier des stages et AG

<< Févr. 2020 >>
LMMJVSD
12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui4116
mod_vvisit_counterHier8671
mod_vvisit_counterCette semaine62448
mod_vvisit_counterLa semaine dernière43348
mod_vvisit_counterCe mois-ci163437
mod_vvisit_counterLe mois dernier202814
mod_vvisit_counterCumul8545737

 , 


SERVICES PUBLICS, UN ENJEU DE SOCIETE

Nous proposons une dynamique qui fasse de 2010 une année de débats et de mobilisations citoyennes autour du service public, à travers notamment des États Généraux locaux et nationaux, une pétition nationale, une manifestation nationale.

Quels champs des services publics à quel niveau ?
Quelle démocratie ?
Quels financements ?
Quel(le)s agents ?

Lire la suite...


Reprise des expulsions : le gouvernement met de l’huile sur le feu


Nous, associations et organisations du Réseau Stop aux expulsions, RéSEL, constatons que les mises à la rue ont commencé un peu partout en France et dénonçons l’inaction du secrétaire d’État au Logement face à la reprise et à l’augmentation prévisible des expulsions locatives, sans relogement, dans notre pays.


C’est dans ce contexte que les partenaires sociaux du 1% logement ont lancé une nouvelle version de la Garantie des Risques Locatifs (GRL), véritable serpent de mer de la garantie sur les impayés, depuis que les loyers ont atteint des niveaux élevés.


Contrairement aux affirmations du Secrétaire d’Etat au logement, la GRL est une mesure qui va accroître le nombre d’expulsions et les accélérer, car cette disposition est conçue pour garantir aux bailleurs le paiement de loyers chers :


- Le bailleur est assuré sur les risques d’impayés lorsque le locataire consacre jusqu’à 50% de ses revenus au paiement du loyer. Le risque d’impayé est donc plus élevé,
- Les compagnies d’assurance prennent en charge la procédure d’expulsion, qui seront donc exécutées plus rapidement et donneront lieu à des poursuites incessantes par des sociétés de recouvrement.


La promotion de la GRL est mensongère, car elle laisse croire que les rapports entre les bailleurs et les locataires sont pacifiés alors que ces derniers n’ont jamais depuis le 19e siècle été soumis à une telle exploitation et une telle ponction sur leurs salaires.


Se posant en défenseur du droit de propriété absolu et de la rente locative, Mr Apparu soutient finalement tous les excès et les abus des bailleurs privés, sans prévoir la moindre contrepartie pour les locataires qui subissent non seulement les loyers les plus chers de notre histoire, mais doivent aussi affronter la crise sociale et l’érosion de leurs revenus.


La réponse à la crise du logement et à la hausse des expulsions passe notamment par un rééquilibrage des rapports locatifs :


- le retour à des niveaux de loyers et de prix conformes aux revenus des ménages dans notre pays,
- le renforcement de la stabilité résidentielle, dont les ménages modestes ont besoin,
- la remise à plat des garanties préalables exigées par les bailleurs
- un moratoire des expulsions et un relogement préalable


Le RéSEL a organisé les manifestations du 13 mars dans toute la France contre le retour des expulsions locative, et a revendiqué :


• Un moratoire sur les expulsions locatives ;
• Le droit à un logement stable, au lieu de la précarisation des locataires ;
• L’encadrement des loyers et des charges, la taxation de la spéculation immobilière, pour rendre le logement accessible à tous ;
• La réalisation massive de vrais logements sociaux ;
• L’application de la loi de réquisition
• Le refus de la marchandisation du logement social et l’abrogation de la loi Boutin.


Contact RéSEL : 06 29 11 57 02 ou sec-resel@stopauxexpulsions.org
Pour plus d’information sur le RéSEL : www.stopauxexpulsions.org

télécharger le communiqué



LES VRAIES FAUSSES RUMEURS DE LA PRÉSIDENTE

ou comment tenter de travestir un licenciement abusif


Après une conférence de presse de Xavier Dufresne, Ouest-France a publié le 30 mars un article sous le titre Xavier Dufresne : « On m’a injustement évincé ».
Article Ouest-France du 31 mars 2010

Lire la suite...


SANOFI AVENTIS : plus gros bénéfices du CAC 40 en 2010 !! Champagne !!


Si le patron a de quoi faire la fête (7,1 Millions € de revenus en 2009 !) ; ce sont la salariés qui trinquent : fermeture des sites de Romainville et de Neuville sur Saône d’ici 2014.


Le groupe n’a pas perdu de temps : les documents présentés au CCE de Sanofi-chimie étaient à peine sortis des cartons que les « communiqués de presse » et autre « note interne » fusaient déjà à l’extérieur et sur le réseau intranet.


La Direction présente sa « stratégie » comme lui « permettant d’assurer le maintien d’un niveau de l’emploi industriel stable pendant 4 ans ».


Mais en 4 ans ce sont 1000 emplois directs qui vont disparaître dans la Chimie du groupe. Ce sont 2 sites de productions matières actives (Romainville et Neuville sur Saône) qui vont être rayés de la carte.


L’industrie pharmaceutique est la plus rentable du monde (avec une croissance à 2 chiffres il y a quelques années encore). Sanofi aventis a fait plus de 8 Milliards € de bénéfices cette année.
Sa focalisation sur son taux de profit masque de plus en plus mal son incapacité à répondre aux besoins de santé publique avec la mise au point et la production de médicaments innovants.
Le maintien de son taux de profit passe par une restructuration permanente (une dizaine de Plans sociaux depuis la création du groupe en 2004).
SUD CHIMIE PHARMA dénonce ces pratiques et revendique le maintien et le développement de l’emploi dans Sanofi aventis dans un cadre qui permet de répondre aux véritables besoins de santé publique.

Télécharger le communiqué



Fédération des syndicats
SUD éducation


CSEN du 31 Mars et du 1er avril 2010 - Déclaration de la Fédération SUD Education
Réforme du lycée technologique, nouveaux programmes de 2nde :
deux visages d’une même politique de régression éducative.



M. le Ministre,


Ce « super CSE» des 31 mars et 1 avril nous offre un condensé de votre politique.
Après la réforme du lycée général, vous nous présentez enfin celle de la voie technologique ; sans surprise, elle apparaît comme le dernier élément d’une machine à supprimer des postes.
D’autre part, les nouveaux programmes des séries générales illustrent parfois par leur enveloppe horaire, parfois par leur contenu, une réduction de la qualité des enseignements que nous avons déjà critiquée.

Lire la suite...